Invité de l’émission Culture Média, ce lundi au micro d’Europe 1, Maxime Saada, président du directoire de Canal +, s’est montré intransigeant quant à la position de sa chaine à propos du versement de la dernière échéance des droits TV.

Canal défend sa position

Tandis que la Ligue de football professionnel (LFP) considère que Canal + n’a pas honoré tous ses engagements en ne versant pas la dernière part des droits TV pour la saison 2019/2020, actuellement suspendue en raison de la pandémie du Covid-19, Maxime Saada s’est défendu en contestant l’idée selon laquelle la chaîne cryptée devait verser 43 millions d’euros au titre des matches déjà joués et diffusés : « Juridiquement, le calcul est faux et non pertinent, considère Saada. Ce calcul n’est pas dans le contrat. Il y a des échéances et des mécaniques juridiques qui impliquent que, quand on n’est pas livré, on ne paie pas. »

« Ce qui est prévu, c’est que quand on n’est pas livré, on ne paie pas, poursuit le président du directoire de Canal +. On n’est pas une banque, on n’a fait qu’appliquer nos droits. Canal + n’a pas à assurer la trésorerie des clubs français. Ma responsabilité est d’assurer la pérennité du groupe Canal qui lui aussi subi la crise. Accessoirement, on n’a pas que la Ligue 1. On a 50 droits dans nos 40 pays, on ne va pas discriminer pour la ligue et le football français. Tous les opérateurs ont suspendu leur paiement, ce n’est pas une situation spécifique à la France. »

Désormais, Maxime Saada doit s’entrenir avec Nasser al-Khelaïfï, le président du PSG et patron de BeIN Media Group, qui a lui aussi décidé de geler son versement d’avril, mais aussi l’interlocuteur désigné par la Ligue pour tenter de trouver un compromis entre les différentes acteurs, à propos des 110 millions d’euros actuellement en suspens. Une partie qui ne semble pas gagner d’avance. 

Source : Europe 1

A lire aussi :

L’Amiens SC a déjà perdu plus de deux millions

Amiens SC : Alexis Blin, le sacrifice permanent

Laisser un commentaire