Peur d’être court-circuitée par un obscur comité de pilotage, la Ligue de football professionnelle (LFP) a décidé de se réunir en urgence lundi soir pour en appeler à l’unité du football français et aussi marteler son désir d’achever la saison en cours le 15 juillet, au plus tard. 

Désamorcer le comité de pilotage

Alors que la France est actuellement confronté à sa pire crise sanitaire depuis plusieurs décennies, le football français ne cesse de se ridiculiser jour après jour. Après les sorties médiatiques remarquées bien que peu remarquables de Jean-Michel Aulas, c’est la création d’un comité de pilotage initié par Bernard Caïazzo, le président du syndicat Première Ligue, et réunissant les présidents des grands clubs de Ligue 1 (PSG, Lyon, Marseille, etc), qui a nécessité l’intervention de la LFP, pour tenter de reprendre le contrôle des événements.

Ainsi, les présidents et vice-présidents des collèges de Ligue 1 et de Ligue 2 ainsi que le président de la Fédération française de football (FFF) ont été conviés à une réunion téléphonique afin de tuer dans l’œuf l’initiative du désormais feu comité de pilotage, vu comme une tentative de putsch ou une manière de passer en force par la majorité des clubs professionnels. « Face à une situation sans précédent, le football professionnel français a clairement montré son unité et sa solidarité« , désamorce ainsi la LFP dans un communiqué.

Une fin de saison à la mi-juillet ?

La LFP en a aussi profité pour rappeler que son objectif prioritaire était de « terminer la saison au plus tard le 30 juin 2020 ou éventuellement le 15 juillet. » Le tout sans prendre en compte le fait que personne ne sait quand le confinement s’achèvera, le gouvernement lui-même ne maîtrisant pas à moyen terme le calendrier de gestion de crise à propos de pandémie de Covid-19. Ainsi, malgré ces effets d’annonce, le football français navigue plus que jamais à vue, n’ayant pas la certitude que le contexte sanitaire permettra une reprise rapide de la compétition.

La LFP a également fait savoir que ses services financiers et ceux de la DNCG « centraliseront et consolideront les besoins des clubs« , notamment en matière de « trésorerie court-terme« . On peut imaginer un assouplissement des règles régissant les décisions du gendarme financier du football français. « Par ailleurs, le Bureau souhaite que des discussions s’engagent pour adopter une position commune sur le dialogue entre les clubs et l’UNFP (le syndicat des joueurs professionnels), qui représente les joueurs », pour notamment statuer sur les contrats se terminant le 30 juin.

Avant de conclure, qu’en matière de méthodologie, « le Bureau de la LFP sera le comité de pilotage de l’ensemble des actions et réflexions engagées par le football professionnel pour faire face à cette crise. Pour ce faire, il s’appuiera sur trois groupes de travail : Plans et scénarios de reprise, Trésorerie court terme et financement, Dialogue social ». Histoire d’enterrer de manière définitive le comité de pilotage initié par les cadors du championnat de France. 

A lire aussi : 

Arturo Calabresi (Amiens SC) : « Il faut que nous gardions tous une attitude responsable »

Amiens SC : le quiz des buteurs en Ligue 1

Laisser un commentaire