Relégué par le conseil d’administration de la Ligue de football professionnel (LFP), suite à l’arrêt prématuré et définitif de la saison 2019/2020 suite à la pandémie du Covid-19, l’Amiens SC pourrait bien obtenir son maintien en dehors du terrain. Explications.

Une rétrogradation d’un gros poisson ?

Et si le malheur des uns faisait le bonheur des autres ? Lâché par le reste du football français, alors qu’il se bat pour l’équité sportive et la préservation de sa place en Ligue 1, l’Amiens SC pourrait bien profiter de la relégation administrative d’un autre club pour être repêché d’ici le début de la prochaine saison. C’est en tout cas une éventualité qu’il ne faut pas exclure. En effet, selon une enquête réalisée par Mediapart, qui a décidé de s’intéresser au prêt garanti par l’Etat (PGE) contracté par la LFP pour aider les clubs français, la situation financière de quatre formations serait extrêmement inquiétante, affichant de très gros déficits et étant même proches du dépôt de bilan pour certains d’entre eux.

Se basant sur une simulation, effectué par la Ligue, des résultats financiers des clubs de Ligue 1 au 30 juin, le site d’informations qui donne un aperçu de l’état des comptes des clubs de l’élite au 30 juin 2020, et après répartition des 224,5 millions d’euros d’aide. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le constat n’est guère rassurant. Au total, le déficit net pour l’ensemble des clubs de Ligue 1 atteindrait 541 millions d’euros. Parmi les dix-sept formations en difficulté, quatre d’entre elles afficheraient un déficit supérieur à 50 millions d’euros, avec un résultat de -206,3 millions d’euros pour l’une des quatre formations dans le rouge.

Et si le nom des clubs n’apparaît pas sur le document en possession de Mediapart, le site avance que les concernés pourraient être : l’OM, les Girondins de Bordeaux, le LOSC, et l’AS Saint-Etienne. Soit quatre clubs majeurs du football français, qui seront difficiles à sanctionner mais qui ne pourront pas non plus passer entre les griffes de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), qui n’a pas prévu d’infléchir ses règles malgré la crise économique liée à la pandémie du Covid-19. Un motif d’espoir supplémentaire pour l’ASC ?

Source : Mediapart

A lire aussi :

Amiens SC : Cheick Timité, digne successeur de Serhou Guirassy ?

Relégation en Ligue 2 : Toulouse montre enfin les muscles !

6 Commentaires

  1. Attention à ne pas miser que sur les autres pour se sortir des problèmes dont on avait soi-même la solution. Ne pas battre Dijon ou Toulouse là est le péché grave…

  2. voila pourquoi certains club ne voulait pas aussi d’une ligue 1 à 22 clubs car avec les droits tv cela les sauve financièrement ;mr le graet soutien les gros clubs qui lui ont mis la pression pour faire descendre amiens pensant qu’il allait rien dire .l’injustice doit être réparé amiens doit resté en ligue 1

Laisser un commentaire