Annoncé par Bernard Joannin lors de la conférence de presse organisée la semaine passée, le recours de Toulouse s’est finalement fait attendre. Offensif durant l’assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP), Olivier Sadran est donc passé à l’action sur le plan juridique. 

Une communication plus discrète

Il aura fallu un communiqué d’Olivier Sadran, à destination des partenaires du club et rendu public par nos confrères des Violets.com, pour officialiser le recours juridique de Toulouse : « Si j’ai pris la décision d’aller en justice pour faire valoir nos droits, c’est tout d’abord pour faire respecter l’équité sportive, puisque 30 points restaient en jeu, et surtout pour m’opposer à la décision précipitée du président de la Fédération française de football, M. Noël Le Graët, qui, dès le mardi 28 avril au soir, après l’annonce du Premier ministre Edouard Philippe, décidait unilatéralement, dans une interview au Télégramme de Brest, des règles qu’il mettait en place, nouvellement créées qui statuaient sur la fin de saison, sans tenir compte des prérogatives et des règlements de la Ligue de Football Professionnel. »

Et même si, Olivier Sadran reconnaît que son club a « fait une très mauvaise saison« , il estime qu’il est nécessaire que « les règlements en vigueur doivent être respectés » et « qu’il ne peut pas y avoir deux politiques arbitraires différentes, pour statuer de la fin de saison de Ligue 1 et de la Ligue 2.” C’est donc sur les bases des décisions prises lors de la dernière AG de la LFP que le club de Toulouse a décidé de saisir la justice pour faire valoir sa position en Ligue 1.

A lire aussi : 

> Jean-Michel Aulas (OL) : « Une situation ubuesque de vouloir jouer à 22 »

Jean-Michel Aulas (OL) : « Une situation ubuesque de vouloir jouer à 22 »

Laisser un commentaire