Tandis que l’Amiens SC a déposé un recours en référé devant le Conseil d’Etat pour contester sa relégation en Ligue 2, suite à l’arrêt prématuré de la saison 2019/2020, l’AC Ajaccio en a décidé de même après avoir été débouté par le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) dans sa demande conciliation avec la Ligue de football professionnel (LFP). 

Une « perte de chance » identifiée 

Les prochaines semaines s’annoncent chargées pour le Conseil d’Etat ! Après Amiens, Toulouse et Lyon, un quatrième club a décider de saisir la plus haute autorité juridique française pour contester les décisions de Ligue de football professionnel (LFP) dans le cadre de l’arrêt de la saison 2019/2020. Désireux de voir les barrages d’accession à la Ligue 1 se disputer, Ajaccio avait fait front commun avec Troyes et Clermont, respectivement troisième, quatrième et cinquième de Ligue 2, pour obtenir une conciliation du CNOSF dans le conflit qui l’oppose à la LFP.

Le CNOSF ayant rendu un avis défavorable, le club corse a décidé de poursuivre son action en justice. « Nous allons saisir immédiatement le Conseil d’Etat d’un recours afin que nos droits et l’équité sportive soient respectés. Nous avons relevé plusieurs arguments qui ne nous paraissent pas déterminants, précise l’ACA dans un communiqué. Nous maintenons que l’AC Ajaccio, a vocation à évoluer la saison prochaine en Ligue 1″. En outre, l’avis rendu par le CNOSF précise la notion de « perte de chance » à propos de l’annulation des barrages, « laquelle en droit, ouvre la porte à une indemnisation financière », précise maître Camille Romani, l’avocat du club.

Mais comme pour Amiens, Toulouse et Lyon, l’AC Ajaccio veut bien plus qu’une simple compensation financière. Et même si les intérêts des uns et des autres peuvent s’avérer divergents, ils luttent tous contre la même chose : les décisions non concertées de la LFP. 

A lire aussi : 

Amiens SC : Et si la saison 2019/2020 reprenait ?

L’Amiens SC va toucher 4,7 millions d’euros

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here