Diffuseur principal des championnats de France de Ligue 1 et de Ligue 2 pour la période 2020-2024, le groupe Mediapro n’a pas honoré la deuxième échéance de son contrat le liant à la Ligue, initialement prévue le 6 octobre. Plus qu’un simple retard de paiement, le groupe réclame surtout une renégociation des droits TV, en raison des conséquences financières de la crise sanitaire.

Publicité


Mediapro en grande difficulté ?

« Nous voulons rediscuter le contrat de cette saison. Elle est très affectée par le Covid-19, tout le monde le sait car tout le monde souffre. On ne remet pas en cause le projet en tant que tel. Mais les bars et les restaurants sont fermés, la publicité s’est effondrée… Ce sont des choses que tout le monde connaît », justifie Jaume Roures, principal dirigeant de Mediapro en France, dans un entretien accordé à nos confrères de l’Equipe. Initialement, Mediapro devait verser une somme de 172 millions d’euros à la Ligue de football professionnel (LFP), un total qui devait ensuite être réparti entre les 40 clubs professionnels (dont huit millions à se partager entre les vingt entités de Ligue 2).

Publicité


Sauf que le groupe derrière la chaîne Téléfoot a demandé un délai pour honorer son paiement. « C’est plus compliqué que ça. Nous avons demandé à parler du contrat de cette saison à cause du Covid-19. Il est évident que le Covid touche beaucoup d’aspects de l’exploitation des droits. On veut parler de ça, insiste Roures. Le contrat a été établi dans des conditions qui n’ont rien à voir avec la situation actuelle. C’est évident. Il faut en parler. Après, on verra comment cela se termine. On ne remet pas en cause le contrat, mais on remet en cause la situation actuelle. »

Publicité


Si Mediapro ne remet pas en cause l’accord existant avec la Ligue sur les quatre prochaines saisons, le pactole attendu pour cet exercice 2020/2021 est bien menacé. A commencer par cette fameuse échéance du 6 octobre aujourd’hui en suspens alors qu’elle devait abonder les caisses des clubs français à partir du 17 octobre. « C’est évident que le 17 octobre, on n’aura pas trouvé un accord. Mais on peut trouver des formules qui arrangent la situation économique des clubs, assure de manière laconique le dirigeant de Mediapro. On a demandé d’établir un calendrier pour mener à terme cette négociation qui ne va pas être publique. »

Publicité


En attendant, la crainte est bien réelle de voir le principal diffuseur (et financeur) du football français faire finalement faux-bond. Ce qui devrait avoir un impact moindre sur l’Amiens SC, au regard des faibles sommes en jeu pour la Ligue 2, même si le club picard a déjà subi de plein fouet le manque à gagner d’une relégation.

A lire aussi : 

[J10] Auxerre – Amiens SC : le match est fixé

Ligue 2 : Flop annoncé pour Mediapro ?

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Toto
Toto
13 jours il y a

Mediapro ils ont un business model bidon… la bulle des droits TV dans tous les pays c est n importe quoi…
Ils ont continué dans la surenchère en « pariant » sur la continuité de cette bulle…

Qui aujourd’hui a envie de s abonner à canal + RMC + bein + mediapro ?

J ai longtemps été abonné à canal et/ou bein, et là je n ai pas honte de la dire, mais j ai tout basardé pour passer à l IPTV…

Au bout d un moment faut arrêter de prendre les gens pour des vaches à lait… Ça ne me dérange pas de payer une 30aine d euros par mois pour un package complet, mais pas d accumuler x abonnements pour 90 balles par mois

Qu’ils fassent faillite et on repart sur des bases saines