Luigi Mulazzi

Contestant sa relégation en Ligue 2, suite à l’arrêt prématuré de la saison 2019/2020, l’Amiens SC a fini par lancer une pétition en ligne, ce lundi matin. Recensant déjà plus de 5 000 signatures, celle-ci suscite beaucoup de fierté chez Luigi Mulazzi, le vice-président du club.

Publicité


Les supporters se sont emparés de la pétition

« Il y a d’abord eu le temps de la colère, puis une colère froide, désormais c’est la détermination qui domine. On ne va pas se laisser faire, il est hors de question qu’on se laisse tondre comme ça. Ce n’est pas possible. Je suis heureux de voir qu’on a déjà atteint les 5000 signatures depuis ce matin (lundi), 9h30. Cela veut dire qu’il y a un vrai engouement, j’ai même vu des Italiens, des Belges réagir. Cela veut dire que les gens sont mobilisés et qu’ils ne supportent l’injustice, ce que l’on subit à l’heure actuelle ! C’est un réconfort immense par rapport au boulot consenti par tous les gens qui travaillent au club. Se faire rétrograder de manière administrative, sans la moindre concertation, par des concurrents, il ne faut pas l’oublier, c’est horrible. C’est insupportable et on veut mener le combat jusqu’au bout, il est loin d’être perdu ! On travaille avec nos conseils et j’ai bon espoir qu’on puisse finaliser des choses positives. »

Publicité


Source : Amiens SC Football

A lire aussi : 

Lettre du supporter : L’Amiens SC ne sera pas une victime silencieuse

Relégation en Ligue 2 : L’Amiens SC lance sa pétition !

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Hamster magic
Hamster magic
5 mois il y a

Pratiqué avec sérieux, le sport n’a rien à voir avec le fair-play. Il déborde de jalousie haineuse, de bestialité, du mépris de toute règle, de plaisir sadique et de violence ; en d’autres mots, c’est la guerre, les fusils en moins.
George Orwell

Il avait raison.