Luigi Mulazzi : « On va souffrir jusqu’au bout »

Luigi Mulazzi Amiens SC

Après son match nul contre Toulouse (0-0) samedi soir, l’Amiens SC ne compte plus que deux points d’avance sur le barragiste, Caen, victorieux de Reims dans le même temps (3-2). Une situation d’urgence que ne nie pas le vice-président de l’Amiens SC, Luigi Mulazzi, pour autant toujours aussi serein à propos du maintien.

Lucide mais pas inquiet

« On va souffrir jusqu’au bout, c’est évident, reconnaît le vice-président de l’Amiens SC. Ce match était un moment important, il fallait gagner pour être véritablement sauvé et on a fait un match nul. » Un résultat défavorable dans la course au maintien qui n’empêche pas Luigi Mulazzi de rester optimiste quant à la finalité de cette saison. « Rien est perdu, loin de là. On n’est pas en capacité de l’emporter et on a au moins eu le mérite de ne pas le perdre, se contente-t-il. Sur la philosophie du match, ce n’aurait pas été logique de l’emporter. C’est un peu agaçant, frustrant, mais peu importe on a toujours deux points d’avance sur Caen. Rien n’est perdu, loin de là ! »

Pour autant, Amiens – qui a compté jusqu’à sept points d’avance sur la zone rouge – n’encourt-il pas le risque de commencer à douter au regard de l’évolution de la situation à deux journées du terme ? « Jamais, s’exclame Luigi Mulazzi. Je vous le dis de manière ferme et définitive, cette équipe ne peut pas douter. Que ce soit l’équipe sur le terrain ou l’équipe dirigeante, on a dans nos gênes cette faculté à ne pas douter. On ne panique pas. » Reste que les Amiénois seraient bien plus inspirés de remporter le match de la peur contre Monaco, samedi prochain. Pour cela, il faudra mettre fin à plus de deux mois de disette. Les joueurs de Christophe Pélissier en sont-ils capables ? Réponse dans moins d’une semaine.

Source : France Bleu Picardie

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Amiens SC Thomas Monconduit

Thomas Monconduit : « Déçu et frustré du résultat »

Amiens SC Moussa Konaté

Moussa Konaté : « Obligé de se battre jusqu’au bout »