Amiens SC

Contre Angers, pour son entrée en lice en Coupe de la Ligue, l’Amiens SC a une nouvelle fois encaissé deux buts. Et même si l’attaque s’est montrée une nouvelle fois suffisamment performante pour éviter la défaite et même se qualifier au bout du suspense, une tendance lourde se confirme match après match : Amiens encaisse trop de buts. Un problème que Luka Elsner entend prendre à bras le corps. Entretien.

Luka Elsner, que retenez-vous avec un peu de recul de cette qualification contre Angers ?

Il y a beaucoup de motifs de satisfaction sur lesquels s’appuyer sur la suite mais il y a des motifs de questionnement, sur des petits ballons anodins qui se transforment en occasions pour l’adversaire. C’est un chantier sur lequel on doit travailler, il faut mettre beaucoup de concentration sur ça. Ces petits détails feront la différence sur l’ensemble de la saison par rapport à notre position finale.

C’est un peu un chantier perpétuel depuis le début de saison…

Clairement. Et ce n’est pas forcément facile parce que ça va de paire avec une volonté d’attaquer, marquée par une prise de risques. Il y a parfois des espaces trop importants mais ce ne sont pas les moments où on part devant, où on s’expose à un contre qui nous mettent en danger. Ce sont surtout les moments sans le ballon dans les pieds, ça part d’une touche, d’un jeu long, ce sont des moments de concentration sur lesquels il faut impérativement travailler. On ne peut pas se permettre de devoir à chaque fois marquer deux ou trois buts à l’adversaire pour prendre des points ou gagner des matches. C’est notre chantier principal par rapport au match qui arrive. On a amélioré celui sur la couverture entre nos latéraux et nos centraux, à nous d’en faire de même pour celui-ci.

Est-ce frustrant d’avoir le sentiment de bien faire les choses et de n’avoir que deux points d’avance sur la zone rouge après onze journées ? 

Non, parce qu’on reste sur deux matches à l’extérieur, deux voyages assez difficiles. Cela reste positif même si en termes de points on n’avance pas énormément. On sait très bien que ces points vont compter, non seulement sur l’aspect mental mais aussi sur le plan comptable en fin de saison. Cela va avoir de bonnes répercussions et ça nous donne une bonne base pour bien accueillir Brest et essayer d’être performant pour signer une victoire qui serait importante. On ne regarde pas vraiment le classement et la frustration qui pourrait en découler. Ce n’est pas là qu’on doit aller puiser de l’énergie.

Au sein du groupe, il n’y a donc pas ce sentiment qu’Amiens n’est pas suffisamment récompensé de ses efforts…

On a des regrets sur des points qu’on n’a pas pris mais les regrets ne font pas avancer du tout. Surtout, je n’ai pas entendu dans le vestiaire ou lors de discussions quoi que ce soit sur une éventuelle frustration. On est en train de produire des choses intéressantes, il faut constamment mettre de l’énergie, le coup d’accélérateur, qui va nous faire avancer. Ce n’est pas l’inertie du mouvement qui va faire qu’on va continuer comme ça. Le fait d’avoir des joueurs qui poussent derrière les titulaires est aussi une bonne chose. Le classement n’est pas fondamental et on ne se pose pas trop de questions par rapport à ça.

Néanmoins, faut-il apprendre à fermer boutique sur certaines situations de matches ? 

Ce qui est certain, quand on mène au score, on n’a pas besoin de prendre plus de risques que l’adversaire. On a un allant offensif qu’on n’enlèvera pas parce qu’il nous permet de prendre des points et de produire un football qui nous permet d’être compétitif. Maintenant, il y a des joueurs d’expérience sur le terrain qui doivent savoir à un moment donné quel est le risque à prendre dans des situations précises. Ce petit chantier, on sait qu’on a encore du travail dessus. Je ne prône pas la victoire par trois buts d’écart comme principe, tout ce que je veux c’est gagner. Et si c’est par un petit but d’écart, tant mieux. Etre pragmatique est aussi une nécessité pour nous dans l’évolution de notre jeu.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire