Face à Brest, l’Amiens SC a suscité de l’enthousiasme avant d’être plombé par de grossières erreurs individuelles. Le tout dans un contexte particulier avec les absences de Mendoza et Gnahoré, en instance de départ. Pas de quoi effrayer pour autant Luka Elsner qui continue de marteler un discours positif, sans pour autant épargner tout le monde. Entretien. 

Vos joueurs sont-ils vraiment conscients de l’urgence de la situation ? 

Beaucoup sont conscients de la situation, certains ont connu ça plusieurs fois dans leur carrière, ils sont capables d’y répondre. Cela a été le cas pendant une grande partie du match, il y a du répondant et une conscience de la situation. Sur ces gens-là, je n’ai aucun doute que l’énergie et la révolte seront présentes. Maintenant, ce n’est pas le cas de tous mais c’est un groupe qui ne se cassera pas, qui tiendra ensemble, qui va sortir la tête basse, mais qui va se souder à l’entraînement à partir de lundi, mardi, et qui répondra aux attentes.

Un groupe qui était amputé de certains éléments pour des raisons extrasportives… 

Nous ne sommes pas le seul club dans une situation similaire. Tous les tracas qu’on peut rencontrer actuellement avec des départs et des arrivées ne nous facilitent pas la tâche. Pour autant, je ne me cache pas du tout derrière ça, nous étions en mesure de fournir la performance avec des joueurs suffisants pour répondre aux demandes. Je n’ai aucun besoin d’argumenter cette défaite sous le prisme des absents.

Néanmoins, cet atermoiement sur les départs ça n’énerve pas le coach que vous êtes ? 

Pas du tout. Je pense qu’on fait les choses ensemble, logiquement. Ici, on a besoin de joueurs qui se sentent concernés, qui sont à 100% dans le projet amiénois. C’est avec ces joueurs qu’on dit et qu’on va avancer. Ceux qui ne se voient plus ici, qui ont d’autres idées, je considère que je dois m’appuyer sur d’autres joueurs. Je m’appuie uniquement sur ceux qui se battent pour le maillot.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Luka Elsner (Amiens SC) : « Les intentions ne suffisent pas »

Alexis Blin : « On ne m’enlèvera pas de la tête qu’on va se maintenir »

5 Commentaires

  1. Commence par ne plus aligner diabaté je sais pas ce qu’il a pu lui faire mais ca devait etre bon mdr. Plus serieusement hormis 1 a 2 dribbles et accélérations c’est bien pauvre et approximatif. Pas un but, pas une frappe… effort defensif tres limité, ne parlons pas du physique il lutte deja contre les courants d’air. Et ce soir une magnifique passe décisive qui nous coute la victoire bravo !!! Cette entraîneur a la 37eme journée il nous dira qu’il a peut etre trouvé son 11 types et ca tactique ^^ tu es pas Laurent blanc, cantonne toi a 1 formation et que ton equipe la maitrise !!! Ridicule… quand je vois ce que pelissier nous fait en 1 an avec Lorient ! On avait pas besoin de changement, Ferguson, wenger, garcia (angers) , strasbourg, reims etc… ne changent jamais d’entraîneur , stabilité = costaud. Notre marque de fabrique c’était guerrier, defense et braqueur avec pelissier et au final quand les joueurs avaient confiance au fur et a mesure de pas ce prendre des purges ca joué bien ! Et il se lâchaient !!!

  2. A notre chère président dans le commerce il faut innover sinon tu meurt par contre dans le foot II faut de la stabilité pour pouvoir avancé à méditer

Laisser un commentaire