Arrivé à l’Amiens SC comme un quasi-inconnu l’été dernier, Luka Elsner n’a pas mis longtemps pour se faire un nom en Ligue 1. Derrière son look de jeune premier, toujours bien apprêté et semble-t-il extrêmement soucieux de son image, se cacherait donc un bourreau de travail, parfois en prise avec son principal démon : sa quête de la perfection.

La belle victoire comme unique obsession 

Si l’Amiens SC reste sur six matches sans défaite toutes compétitions confondues, le début de saison du club picard fut moins flamboyant avec trois revers en quatre matches. De quoi irriter son entraîneur, Luka Elsner. « Je ne supporte pas les moments qui suivent une défaite. En fait, ça reste là, en moi… Et ça dure, ça dure, jusqu’au match suivant, confie-t-il dans un long entretien accordé à So Foot. Chaque résultat m’impacte énormément. Lorsqu’on commence une nouvelle aventure, certains échecs sont inévitables. Mais Rafael Nadal l’expliquait bien récemment : si tu acceptes la défaite, tu es mort. Et personnellement, je sais surtout que si je me mets à bien prendre un résultat négatif, je suis en danger. Et le pire est de perdre deux fois d’affilée. »

Quant au goût de la victoire, un sentiment connu par l’Amiens SC à cinq reprises depuis le début de la saison, il ne perdurerait qu’un temps infime. « Et encore, si le match a vraiment été parfait, tranche Elsner. Si on parle d’une victoire à l’arrachée, je ne suis pas satisfait, et le plaisir est vraiment minime. J’espère qu’avec le temps, je pourrai davantage apprécier le goût du succès. La victoire est une drogue, en fait, et par principe, tu ne peux jamais être repu. Quand un mec remporte cinq Grand Chelems, il en veut six. Michael Phelps posait sa médaille dans un coin de son appartement et repartait en chercher une nouvelle le lendemain… »

Ainsi, Luka Elsner décrit son quotidien avec ce ratio assez peu reluisant : 90% de douleur pour 10% de plaisir. « En revanche, je peux te dire que les 10% de plaisir valent toutes les douleurs« . Souhaitons qu’il puisse rééquilibrer un peu plus ce ratio avec l’Amiens SC. 

Source : So Foot

A lire aussi : 

Christophe Jallet : Amiens, « un gros petit » de Ligue 1

Luka Elsner (Amiens SC) : « C’est difficile à vivre, à encaisser »

Laisser un commentaire