Capable de tenir tête aux présumés cadors du championnat, l’Amiens SC est attendu au tournant au moment d’aller défier Strasbourg, ce samedi. Et même s’il a confiance en son groupe, Luka Elsner place ses joueurs devant leurs responsabilités. Entretien. 

On imagine que vous avez revu les trois buts encaissés sur corner contre Paris et on imagine aussi que cela a dû vous exaspérer de prendre des buts aussi faciles…

Forcément que c’est très déplaisant de revoir ces trois buts sur corner. Ça l’est encore plus que de les encaisser sur le match. Nous avons beaucoup de pépins en début de saison que nous avions réussi à régler en passant en zone. Notre zone avait plutôt bien fonctionné de Dijon jusqu’à Monaco et tout d’un coup, nous n’avons pas répondu présent sur une zone et ça appuie là où tu n’es pas préparé à donner le meilleur ou à combattre. Il y a une zone où l’on a été défaillants dans le placement et la volonté de répondre aux contacts. Il faut absolument que l’on s’améliore, tout simplement. On ne peut pas chercher à changer de système chaque semaine parce qu’il y a simplement une notion de responsabilité à avoir et dans la zone dans laquelle on se situe, il faut donner tout le cœur pour empêcher l’adversaire de toucher ce ballon. Nous avons été bien trop passifs dans ces phases-là. Ça nous a coûté probablement un meilleur résultat, mais on y est attentifs et on ne se dit pas que c’est de la malchance. On l’a travaillé, on comprend que c’est un élément-clé du jeu mais ça ne suffit pas d’être tranquilles pendant sept ou huit matches pour l’être jusqu’à la fin de saison. Il faut tout le temps avoir de l’attention, et on en a manqué.

Selon vous, c’est donc avant tout une notion d’état d’esprit ? 

Pour moi, c’est franchement un état d’esprit à avoir, de ne pas considérer cette phase du jeu comme anecdotique, y mettre beaucoup d’attention et être très éveillé à partir du moment où le corner va être frappé. Si tu l’es, que ce soit en marquage individuel ou en zone, tu accomplis le travail. On a eu des défaillances sur le marquage individuel que l’on a réglées parce qu’on est passé en zone, mais si dans la zone, on commence à dormir, peu importe le système ou la manière dont on va défendre, on sera défaillants. C’est vraiment juste un état d’esprit que l’on doit afficher. Il doit être bien différent de celui montré sur le dernier corner contre Monaco ou toute la partie contre Paris.

Finalement, cette faillite sur coups de pied arrêtés n’est-elle pas le reflet de votre saison ? A savoir une équipe capable du meilleur mais aussi du pire, avec des joueurs qui donnent le sentiment de choisir leur match, en tremblant dans les moments importants ?

Je considère que c’est compliqué de faire ce parallèle entre coups de pied arrêtés et choix de match. Là, nous avons un défi qui est d’aller à La Meinau pour livrer un gros match. J’en appelle à tous nos joueurs pour maintenir notre intensité et la charge de combativité que l’on a pu donner sur les trois dernières rencontres. Il faut la maintenir jusqu’au bout de la saison, pas simplement sur quelques matches. Nous avons besoin d’une intensité extrême et d’une attention extrême 24h/24.

Néanmoins, n’avez-vous pas le sentiment que certains font passer leur cas personnel avant l’intérêt collectif ? 

Non, sinon j’arrête de travailler ! Je pense que nous avons réussi avec ce match de Lyon à construire une unité, choisir un groupe de joueurs sur lesquels nous allons nous appuyer. Les joueurs ont répondu présent trois matches d’affilée même si nous n’avons pas récolté beaucoup de points. Peu de monde nous aurait vus prendre des points à Lyon et contre le PSG. De ce côté, je n’ai pas de doute que les joueurs soient maintenant dans une dynamique à maintenir coûte que coûte et peu importe la situation dans laquelle on se trouve. Aujourd’hui, j’ai confiance dans le chemin choisi par le groupe.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Amiens SC : Luka Elsner salue la « très bonne réaction » de Moussa Konaté

Quentin Cornette (Amiens SC) : « A force d’entendre Amiens plonge… »

Laisser un commentaire