Propulsé dans la première partie de tableau grâce à son quatrième succès de la saison (1-0), l’Amiens SC compte seize points après douze journées. Un bilan plus qu’honorable mais encore insuffisant pour s’enflammer aux yeux de Luka Elsner. Entretien.

Luka Elsner, vous avez souffert pour signer ce quatrième succès de la saison…

Il y a un sentiment mitigé par rapport au contenu du match mais on doit donc se satisfaire de ne pas avoir encaissé de but, d’avoir montré des valeurs un peu différentes. On a été dans la difficulté pendant une grande partie de la deuxième mi-temps, dans un match stressant où on doit bonifier les deux nuls à l’extérieur. On se retrouve dans une position un peu bizarre après avoir raté le penalty, on ne savait plus trop comment fonctionner et cette confusion a été difficile à gérer. On a eu un peu peur de perdre en seconde période et ça nous a fait un peu reculer. On savait que si on ne gagnait pas ça aurait été compliqué au classement. Il y avait une pression par rapport à cela, un stress s’est installé. À nous de savoir gérer cette pression différemment.

Votre équipe compte seize points en douze matches, c’est le meilleur départ d’Amiens en Ligue 1…

Je suis content de l’évolution de l’équipe. Au niveau comptable, on est aussi dans le bon tempo mais il faut continuer comme ça, rien n’est acquis, rien n’est définitif, surtout pas à ce moment de la saison et dans le contexte du championnat cette saison. L’an dernier, on serait en eaux calmes avec seize points. Aujourd’hui, quand on voit le nombre de points du dernier (Nîmes, 11 points), on se dit que rien n’est fait et on doit continuer à travailler. Cette victoire contre Brest est donc d’autant plus importante.

Vous avez à la fois quatre points d’avance sur la zone rouge et seulement trois de retard sur le podium…

Effectivement, on peut regarder dans les deux sens. Comme je l’ai dit, en approche des matches, on ne réfléchit pas trop au classement. A partir du moment où tu le regardes, tu as tendance à tomber. On jette un coup d’oeil mais après les deux jours de libre on repartira au travail comme si de rien n’était, en regardant ce qu’on n’a pas fait correctement. L’objectif sera uniquement d’aller chercher une bonne performance à Rennes, le week-end prochain.

Quel regard portez-vous sur votre série positive ?

Cela donne de la confiance, cela entretient une dynamique positive, surtout dans le travail durant la semaine. Maintenant, très sincèrement, on ne se pose pas trop de questions sur les séries en cours, sur les points à prendre, sur les adversaires à venir. On ne fait pas de calcul, on essaie juste de prendre les matches les uns après les autres. On est très attentifs aussi au fait de ne pas passer du mauvais côté. On sait aussi qu’une série peut s’arrêter très vite si on change d’attitude. Et justement, sur ce match, j’ai eu peur à un moment donné, on était au bord de ce changement d’attitude. Derrière, on a su se remobiliser mais j’ai eu peur sur quelques minutes, j’ai eu du mal à reconnaître notre équipe et l’investissement qu’on a depuis quelques semaines. Après, on a tous le droit à l’erreur et on corrigera ça.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Régis Gurtner (Amiens SC) : « On s’est mis le cul par terre ! »

Alexis Blin (Amiens SC) : « Un match plus compliqué »

Laisser un commentaire