Sans victoire depuis huit matches, l’Amiens SC aborde le déplacement à Brest avec beaucoup de pression et surtout l’obligation de prendre des points. Malgré ce climat pesant autour du club, Luka Elsner affirme que le doute n’a pas envahi le vestiaire amiénois. Entretien. 

Publicité


Luka, comment s’est passée cette longue semaine sans match ?

On a été contents d’avoir une semaine complète de préparation, de pouvoir avoir des séances de développement, de progression, d’installation de certains principes, de retrouver certaines opportunités de travailler sur des choses et puis, avec le retour de Gaël, de pouvoir retrouver des certitudes à l’entraînement. Il y a eu des choses qui m’ont beaucoup plu sur certaines parties des séances et dans l’investissement à l’entraînement. Il n’y a pas de doute par rapport à ça. Maintenant, pour que cette semaine soit bénéfique il faut que la performance à Brest soit au niveau.

Publicité
Publicité


Avez-vous ressenti de la tension durant cette semaine d’entraînement…

C’est une situation qui n’est jamais facile. Des tensions à l’entraînement, il y en a toujours mais en tout cas, la semaine que l’on a passée était plutôt calme. De notre côté, au niveau du staff, on essaye de poser les exigences qui sont à même de nous permettre de nous maintenir et il faut que les joueurs suivent. Ces exigences, comme on les a placées à la mi-temps de Reims, ne peuvent pas bouger.

Publicité


Néanmoins, on dit souvent que les victoires installent un climat de confiance, les défaites peuvent aussi développer de la nervosité au sein d’un groupe…

On parle beaucoup de nervosité mais, sincèrement, la semaine que l’on a vécue n’a pas généré ou véhiculé plus de nervosité que ça. Sur cette partie, on ne doute absolument pas. En tout cas, les joueurs ne posent pas de soucis, notre état d’esprit non plus. L’objectif est très clair, je pense qu’il est de plus en plus clair et que beaucoup de joueurs se sentent responsabilisés avec une envie de modifier la donne et qu’elle passe notamment par l’état d’esprit. Cet état d’esprit, on le cultive au quotidien et on essaye de s’appuyer au maximum sur les joueurs qui le cultivent.

Publicité
Publicité


Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Arturo Calabresi (Amiens SC) : « Nous avons compris l’importance du moment »

[J21] L’Amiens SC avec Kakuta mais vraisemblablement sans Ghoddos

Publicité
Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments