Si l’Amiens SC a terminé sa préparation estivale sans avoir signé la moindre victoire, Luka Elsner a tenu à tirer du positif du dernier match perdu contre Troyes (1-2), samedi soir. Pour l’entraîneur amiénois, le courage dont fait preuve sa jeune équipe mérite d’être salué. 

Publicité


Quel est votre sentiment à l’issue de ce dernier match de préparation ?

On a joué contre une des meilleures équipes de Ligue 2, c’est une certitude. C’était une fin de préparation musclée, c’était un test très difficile contre un prétendant au titre. On a eu de la vaillance, on s’est battu jusqu’au bout, même à dix, avec du cœur, avec les moyens du bord pour le moment. Je suis plutôt content de ce que les garçons donnent, de leur investissement. Ce sont des joueurs de 2001 et 2002, il faut leur tirer un coup de chapeau de se battre de la sorte contre des équipes de Ligue 2 très qualitatives. C’est presque miraculeux qu’on tienne la distance face à ce genre d’adversaire.

Publicité


Ne craignez-vous pas que ça finisse par craquer ?

Ils sont jeunes, ils peuvent encore cavaler ! Ils vont bien se reposer. Ce qui est sûr, c’est que tout ça va leur servir d’apprentissage, il y aura des leçons à retenir pour la suite. Je suis déçu sur le premier but qu’on encaisse parce que c’est un manque de maturité et d’expérience. On ne peut pas se faire prendre comme des bleus de la sorte. Malheureusement, c’est le troisième match de rang où ça nous arrive. Maintenant, je n’ai rien à leur reprocher. Perdre 2-1 contre Troyes, c’est une victoire pour nous, aujourd’hui. Si on prend du recul, qu’on regarde bien de l’extérieur c’est une victoire pour les garçons qui constituent notre effectif aujourd’hui.

Publicité


Dans les intentions, vous avez confirmé votre volonté de presser, de se procurer des transitions hautes sur le terrain. Peut-on dire que les intentions de jeu sont déjà bien ancrées aujourd’hui ?

C’est vraiment une intention de jeu que l’on souhaite prendre. Maintenant, cela a été plus difficile aujourd’hui (samedi). Les Troyens ont une maîtrise technique supérieure et Tardieu régule très bien le milieu de terrain. Dans ce contexte, le pressing devient quelque chose d’éreintant et de coûteux. On n’est donc pas susceptible de le mettre en place pendant 90 minutes. Pour autant, on a envie de jouer assez haut, de presser et de récupérer des ballons. C’est un schéma de jeu qui est assez important pour nous, parce qu’on a encore du mal à faire preuve de qualité dans la construction.

Publicité


Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Amiens SC – Troyes : les tops et les flops

Jayson Papeau (Amiens SC) : « On a montré que l’on avait des ressources »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire