Ressorti très frustré du match aller, où l’Amiens SC s’était incliné après avoir notamment encaissé un premier but sur un contre-éclair ponctué par Kylian Mbappé, Luka Elsner a fixé une ligne directrice à suivre pour ne pas avoir les mêmes regrets à l’issue de ce match retour.

Ne pas reproduire les erreurs de l’aller

« Ce que l’on doit chercher à faire c’est faire preuve de personnalité, de caractère, par périodes, essayer de mettre en valeur notre manière de jouer, répondre par l’intensité et de faire preuve d’une concentration omniprésente sur chaque instant. Je pense que contre les Parisiens, c’est dans les moments où tu te sens bien installé dans le match que tu en payes le prix et je voudrais qu’à chaque seconde du match, on soit dedans, dans l’action, dans le moment, sans réfléchir à ce qu’il se passe autour ni contre qui on joue, les conséquences et ainsi de suite. Simplement penser à l’action qui arrive. »

Jouer sans pression

« J’avais dit après Lyon que le contexte en amont, qui nous était défavorable avec des dés déjà jetés, nous avait aidés à aborder ce match de manière plus sereine. Je pense que ça peut être le cas de jouer contre Paris en étant débridés et j’espère que nous pourrons donner le meilleur de nous-mêmes, nous exprimer pleinement dans ce match même s’il y a toujours une pression du résultat. Face à n’importe quel adversaire elle existe. Mais certainement que quand on joue Paris, il ne doit pas y avoir de peur, il faut simplement essayer d’être très enthousiastes par rapport à ce que l’on peut faire, réaliser, être positifs et chercher toutes les petites notes positives dans le match qui peuvent finalement nous aider à bien préparer la suite. »

Saisir la moindre chance même si…

« Leur manière de jouer crée forcément des brèches et de la place pour l’adversaire sur certaines phases de jeu, c’est une réalité. L’autre réalité, c’est que très peu d’équipes arrivent à exploiter ces moments-là parce qu’ils arrivent, même en grande crise, à très bien défendre et ne pas encaisser de but. Ce qui est généralement la force des très grandes équipes et des très grands joueurs c’est que même quand c’est difficile, il ne se passe pas grand-chose. »

A lire aussi : 

Christophe Jallet (Amiens SC) : « Neymar ? Il faut l’aimer comme ça ! »

Christophe Jallet (Amiens SC) : « A cœur vaillant, rien d’impossible ! »

Laisser un commentaire