Outre la qualification, Luka Elsner a apprécié le visage affiché par son équipe, pourtant fortement remaniée, contre Angers (3-2) lors du seizième de finale de Coupe de la Ligue. Entretien.

Annonces

Luka Elsner, c’est une belle qualification…

Oui, parce qu’elle est obtenue dans les dernières secondes, parce qu’elle est méritée dans les efforts produits et l’énergie déployée, par le nombre de situations que l’on s’est créé. Alors oui, il faut faire attention et on doit franchir un palier sur la gestion des petits détails, mais que remettre en cause quand on a 90 minutes d’une belle intensité et d’un jeu offensif qui a été plaisant ? On aurait pu être efficace avant, mais le mettre à la fin, c’est encore plus beau.

Annonces

On vous sent satisfait du caractère affiché…

Bien sûr parce que ça démontre une force de groupe. Aujourd’hui (mercredi), avec des changements dans le onze de départ, c’est Amiens qui joue ! C’est la même équipe qui a joué à Saint-Etienne, qui a une dynamique positive, l’envie de faire les efforts ensemble. C’est extrêmement important pour nous de démontrer que l’on est un effectif au complet et que peu importe qui est sur le terrain, on représente les mêmes principes d’envie d’aller vers l’avant et la même volonté de réussir. On essaye de rendre fiers nos supporters et les gens qui nous suivent dans la manière dont on joue, et quand tout le monde est concerné et pousse dans le même sens, c’est très bon pour notre dynamique.

Annonces

D’autant que c’est contre Angers, un adversaire de qualité…

Je pense qu’on a eu un des tirages les plus difficiles avec une équipe extrêmement difficile à manier, qui est venue avec une réelle ambition, avec pas mal de titulaires. C’était une vraie opposition et ils l’ont démontré jusqu’au dernier moment. On a su répondre présent et prendre les choses en main, ce qui est très bien pour les matches à domicile. J’en suis content et j’ai aussi apprécié que les supporters répondent pas mal présent un mercredi soir et qu’on ait pu leur fournir ce genre de spectacle parce que ça peut les inciter à revenir.

Annonces

Encore une fois vous êtes menés juste avant la mi-temps, mais encore une fois vous revenez…

Je pense qu’on était énervé par nous-mêmes à la mi-temps à cause de ce but, parce qu’on n’a pas été efficace, de ne pas avoir eu un penalty, d’avoir eu des décisions qui nous ont stressés et frustrés. Tout ça, ça a créé une espèce d’énergie de révolte et c’est comme ça que les garçons s’en sont sortis, et je pense que c’est ça qui a dynamité cette entame de seconde période. On s’est dit qu’on en avait marre, il fallait aller chercher les choses et ça a été une très bonne réponse.

Vous pensiez qu’il y avait hors-jeu sur le but angevin ?

Je ne crois pas qu’il soit hors-jeu, je ne suis pas sûr. Mais l’énervement venait surtout d’une situation de main potentielle. J’étais assez loin mais il m’a semblé que c’était le cas. Ensuite, il y a eu des petits moments, des petits détails, et quand ça finit par coûter un but, il y a une frustration qui n’est pas mesurée comme il faut. Je suis à côté de la situation quand on prend le but, et Mathieu Bodmer prend une main dans la tête. Ça crée des petites tensions. Je suis aussi inexpérimenté en Ligue 1 et il faut que j’apprenne à gérer tout ça un petit mieux.

C’est une autre compétition, mais elle est toujours en route…

On maintient cette idée de construire le projet sans arrêt, de rectifier ce qui ne va pas, de nous améliorer, de garder cet esprit enthousiaste et positif par rapport au football pour nous préparer à affronter les défis qui arrivent parce que la meilleure manière de préparer le match qui suit, c’est de s’imposer. On a mis énormément d’attention à la préparation, les joueurs ont répondu présent de la première à la dernière minute et j’en suis très heureux.

Est-ce que ce que vous avez vu peut perturber votre hiérarchie sportive ?

Je l’espère. C’est le projet parce que tout le monde doit perturber les décisions de l’entraîneur, doit essayer de me mettre en difficulté pour savoir quelles forces on met sur le terrain. Quand on a cette opportunité et ces choix, qui demeurent difficiles, c’est une énorme force. Comme on va avoir beaucoup de matches à jouer, il faut que tout le monde soit là et réponde présent. Je pense qu’aujourd’hui, il n’y a personne qui se plaint d’une mauvaise situation personnelle. Tout le monde a envie d’être là et on se tire tous vers le haut.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

[CDL] Amiens SC – Angers : Le spectacle était au rendez-vous !

> Luka Elsner (Amiens SC) : « Une belle qualification ! »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments