Amiens SC

Invité du Late Football Club, l’émission quotidienne de Canal+ Sport consacrée au football, Luka Elsner a fait le point sur sa jeune carrière, lui qui sort de trois expériences de courte durée entre Chypre et la Belgique avant sa venue surprise à Amiens, l’été dernier.

Sa carrière d’entraîneur avant Amiens 

« Je suis le premier à dire qu’Amiens a pris un pari. Mon âge fait que mon CV n’est pas très rempli. Ce qui est important, c’est d’essayer de rendre cette confiance avec mon staff au quotidien. Tous les jours, j’en fais le maximum pour que les gens soient fiers de cette équipe et que les dirigeants se disent qu’ils ont fait le bon choix ».

L’accueil du vestiaire 

« Sincèrement, je pense que les joueurs fonctionnent sur l’approche de la personnalité, la manière avec laquelle on travaille et puis aussi sur le niveau de compétence. Ce sont les joueurs qui donnent l’autorité à l’entraîneur. Je pense que ça se fait dans les 48 heures, après deux ou trois séances sur le terrain. Si ça accroche, on peut travailler avec eux ».

La succession de Christophe Pélissier

« Je ne trouve pas que ce soit un héritage difficile à assumer parce que celui-ci est génial. La base est très bonne et ça me dérange un peu quand on parle de changer Amiens, je pense qu’Amiens est très bien installé en Ligue 1. Il faut peut-être le faire évoluer dans un registre similaire mais avec une influence un peu différente. En tout cas, le socle sur lequel je peux m’appuyer est très solide. Je ne veux pas le remettre en cause mais m’en inspirer pour évoluer tous ensemble ».

Amiens, une simple étape dans sa carrière ?

« J’ai le désir de m’installer sur un projet longue durée à Amiens, j’ai envie et besoin de stabilité. La manière dont je travaille nécessite une vision à long terme, en tout cas avec mon approche des joueurs, la manière dont on installe les séances d’entraînement et dans ce qu’on veut accomplir. Pour un entraîneur, il faut toujours une double réflexion, à court terme sur le prochain match et à long terme sur le développement des joueurs. Dans tout ça, je ne réfléchis pas beaucoup à ma carrière personnelle, je ne me pose pas de question sur mon avenir, je ne me fixe pas d’objectif trop précis ou trop haut. La carrière d’entraîneur est très imprévisible, j’ai déjà vécu des moments très négatifs et d’autres très positifs. Maintenant, tout entraîneur qui se lance dans ce métier a pour ambition de progresser palier par palier. L’idée est d’atteindre mon potentiel maximal, peu importe ce qu’il est. Jusqu’où ça va me mener ? Je ne sais pas, je ne sais pas de quoi demain sera fait. L’idée est d’être meilleur chaque jour qui passe ».

Source : Canal+

A lire aussi : 

Luka Elsner : « Un groupe de joueurs fantastiques »

Luka Elsner : « Cette victoire nous met sur de bons rails »

Laisser un commentaire