Marcel Glavieux : « Il faut être intransigeant ! »

Glavieux

Suite aux cris racistes proférés à l’encontre de Prince Gouano, vendredi soir à Dijon, Marcel Glavieux, le président du district de football de la Somme, a réclamé des sanctions exemplaires contre les auteurs des faits au micro de France Bleu Picardie

Glavieux réclame des sanctions !

Marcel Glavieux a beau être « aux responsabilités du football samarien depuis 30 ans« , il reconnaît cependant un véritable sentiment d’impuissance sur ce genre de sujet. « Je ne peux pas comprendre qu’on tienne de tels propos envers un être humain. On a essayé beaucoup de choses, dont de la prévention, de concertation et de discussion. Aujourd’hui, c’est un phénomène de société devant lequel nous sommes démunis. Il faut donc être exemplaire, clame le président du district. Il faut profiter des circonstances exceptionnelles pour être intransigeant. »

Et c’est donc aux instances du football professionnel de montrer l’exemple en réagissant avec fermeté, histoire de créer une jurisprudence applicable également au monde amateur, selon Marcel Glavieux : « Si la Ligue de football professionnelle (LFP) et la Fédération française de football (FFF) ne prennent pas de décision draconienne, ce sera comme dans le dossier des fumigènes, ça continuera encore pour de longues années. Ça me dépasse et je pense qu’il faut tout mettre en oeuvre pour qu’on n’entende plus jamais ça autour d’un stade de football. »

Et c’est pour toutes ces raisons que le temps de la prévention est révolu pour le président du district de la Somme. « Dès qu’on met un peu d’indulgence, cela se poursuit. On arrivera peut-être à faire comprendre les choses en durcissant les sanctions. Il faut déjà sanctionner pénalement l’auteur (ndlr : des cris racistes). En ce qui concerne le club, c’est compliqué de prendre une sanction sportive, mais il faut interrompre le match quand ce genre de faits se produit, préconise Glavieux. Et pourquoi pas interdire les supporters sur une rencontre et bloquer une journée de championnat pour une prise de conscience totale. »

La balle est désormais dans le camp du Ministère des sports, de la Ligue de football professionnelle et de la Fédération française de football qui ont prévu de se rencontrer ce mercredi pour évoquer les suites à donner dans « l’affaire Prince Gouano ». 

Source : France Bleu Picardie

Laisser un commentaire