Marcel Glavieux : « Un peu meurtri que ça se passe de la sorte »

Glavieux

Après 33 ans à la tête du district de la Somme, Marcel Glavieux tire sa révérence, ce samedi et passe la main à Pascal Tranquille, l’actuel président délégué de l’instance. A quelques heures de sa toute dernière assemblée générale, il tire le bilan de son action à la tête du football départemental. Entretien.

Marcel Glavieux, dans quel état d’esprit abordez-vous cette assemblée générale qui marque la fin de 33 ans de présidence du district de la Somme ?

C’est beaucoup d’émotion. J’ai consacré beaucoup de temps pour le district depuis de longues années. En plus, il se rajoute le contexte dans lequel cette assemblée va se dérouler. Je ne vais pas pouvoir faire la transition comme je l’aurais voulue. On est contraint à faire cette assemblée par visioconférence, je n’aurais que quatre personnes avec moi au siège du district. Cela me prive de l’échange, de l’occasion de remercier tout le monde un par un. Je suis un peu meurtri que ça se passe de la sorte. Maintenant, j’espère que la situation sanitaire pourra s’arranger d’ici l’été et que je pourrais organiser un moment de convivialité au mois de juin. Aujourd’hui, le plus dur est de ne pas retrouver l’ensemble des collègues qui m’ont accompagné durant cette aventure. C’est une page de ma vie qui se tourne, à la tête d’une instance que j’ai pris beaucoup de plaisir à diriger.

33 ans à la tête d’une instance, ce n’est pas rien…

Je sais que ça a agacé certains que je sollicite à chaque fois un nouveau mandat. Je me mets à leur place et c’est vrai que ça n’a pas dû être simple. Cela a pu lasser, certains ne sont pas allés au bout de leur prétention dans l’obtention de la présidence du district. Ils savaient que j’avais le soutien des clubs. Aujourd’hui, Pascal (Tranquille, ndlr : l’actuel président délégué) a sauté le pas, il a fait part de son acte de candidature assez rapidement. Finalement, cette année 2020 fut celle de la transition.

Marcel Glavieux : « Il fallait prendre cette décision »

Partez-vous avec le sentiment du devoir totalement accompli ? 

Certains pourront toujours dire qu’on pouvait mieux faire ! Maintenant, je pense qu’on a tous mis en œuvre pour que le district de la Somme puisse exister dans l’environnement actuel. Je suis fier d’avoir aidé bon nombre de clubs à avoir des structures de qualité, à la fois administrativement et sportivement. Tous les clubs ont fait leur transition informatique, ce qui était nécessaire et pas gagné dans un département rural comme le nôtre. L’ensemble des clubs de la Somme ont également les infrastructures sportives pour évoluer dans des conditions satisfaisantes. Cela a peut-être été long mais on a réussi à mener termes bon nombre de projets. Ces dernières années, on a également contribué à la fusion des Ligues entre le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie. Aujourd’hui, cette transition, qui n’était pas gagnée au départ, est réussie. C’est le fruit du travail des districts, de Bruno Brongniart, le président de la nouvelle Ligue et bien sûr de Fernand Duchaussoy. Aujourd’hui, on voit que les clubs de la Somme parviennent à rivaliser avec leurs homologues du Nord. Après 50 ans dans bénévolat dans le football, dont 33 ans à la tête du district, je suis satisfait de l’évolution des choses. Maintenant, j’aurais bien aimé qu’on aille plus loin dans la construction de terrains synthétiques. Je pense toujours que les communautés de communes et les intercommunalités avaient moyen de faire plus pour mettre à disposition des installations, comme c’est le cas dans le Nord.

Pascal Tranquille va prendre votre succession. C’est finalement un changement dans la continuité…

Il est président délégué depuis plusieurs années, il était apte à me succéder à partir du moment où il avait le soutien du président. Maintenant, ce sont aux clubs de se prononcer. C’est un gros challenge qui l’attend, avec un contexte sportif et sanitaire assez difficile. Mais je pense qu’il est à la hauteur pour relever le défi, il aura en plus le soutien de nombreux bénévoles qui faisaient partie de mon équipe, qui ont une connaissance parfaite des dossiers. Je pense qu’on peut avoir confiance en cette nouvelle équipe et je leur souhaite bon vent.

Roxana Maracineanu : « La coupe de France n’est pas morte ! »

Etes-vous inquiet pour la vitalité du football départemental dans le contexte actuel ? 

Je ne sais pas. Si on plonge dans l’histoire du football départemental, on se rend compte qu’il a toujours été confronté à des crises, avec les traumatismes des deux guerres, des problèmes économiques, avec un contexte difficile suite à la fermeture d’usines dans les zones rurales. A chaque fois, le football a réussi à s’en relever et à repartir de l’avant ! Quelque soit les circonstances, il y a toujours des gens motivés pour œuvrer et permettre au football de s’en sortir. J’ai donc envie d’être confiant, malgré les difficultés du moment. Après cette crise qui prive tout le monde de loisirs, de moments conviviaux, j’ai envie de croire à la volonté des gens de continuer à s’engager dans le football une fois qu’un vaccin sera trouvé et que ce virus ne sera plus qu’un lointain souvenir. Ce ne sera pas facile mais il faut y croire !

Quel est votre avenir après ce départ du comité directeur du district de la Somme ? 

Cela va me permettre de me concentrer sur mon activité au Comité départemental olympique et sportif (CDOS), dont les prochaines élections sont au mois de février. Je vais solliciter un nouveau mandat, avec pour optique d’œuvrer en vue de Paris 2024. Cette fonction me permet aussi de garder un lien avec le mouvement sportif et pas uniquement le football. J’aime aussi travailler avec les autres disciplines et pas me cantonner au football. On parle constamment du football, notamment dans les médias, mais d’autres disciplines font également un travail énorme et elles méritent d’être accompagnées.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Amiens SC JOIE but

Amiens SC : Un nouveau doute en défense

Ligue 2 Amiens SC

Ligue 2 [J14] : Un premier break avec la zone rouge pour l’Amiens SC ?