Mathieu Vallois (SC Abbeville) : « Qu’on le sache le plus tôt possible »

A l’arrêt depuis la fin octobre, en raison du deuxième confinement décidé pour lutter contre la pandémie de la Covid-19, le football amateur pourrait bien reprendre ses droits courant janvier. Néanmoins, les incertitudes perdurent au sujet du maintien de la coupe de France et du format des championnats. De son côté, Mathieu Valois traverse cette période avec beaucoup de calme et de philosophie, concentré sur la gestion humaine de son groupe. Entretien.

Comment gérez-vous cette période compliquée ?

De la même façon que le premier confinement avec un groupe Facebook. J’avais un peu peur parce que tout le monde avait rongé son frein au premier, ils avaient bien bossé et ça s’était vu à la reprise. Les joueurs eux-mêmes me donnaient des séances et je les mettais en ligne chaque semaine, et pour celui-là, c’est moi et le coach de l’équipe B qui avons confectionné des séances. On a crée trois séances par semaine et les joueurs ont l’obligation d’en faire deux sur les trois, au choix. La troisième est souvent le week-end et peut être facultative.

Est-ce que tout le monde joue le jeu ?

Ca joue le jeu ! Aujourd’hui, j’ai plus des trois quarts de l’effectif qui bossent correctement. J’avais un peu peur quand on a appris ce confinement, même si on s’en doutait. J’ai appelé mes cadres, je leur ai demandé leur avis sur la meilleure manière de fonctionner, ils m’ont tous donné leur avis et j’ai tranché ensuite mais c’est toujours bien d’avoir le ressenti des joueurs parce que ce sont les premiers concernés.

On a le sentiment que tout est arrivé de manière un peu brutale…

A partir du moment où la compétition avait repris, on espérait que ça ne s’arrêterait pas et on a pris de plein fouet cet arrêt. Je pense que pour certains, il est plus compliqué à gérer et il y a plus de monde qui le prend mal.

Avez-vous peur de perdre certains joueurs ?

Je n’espère pas. J’essaye de relancer ceux qui sont un peu plus timides et n’osent pas mettre leurs performances sur le groupe. Sur cette semaine, en séance facultative j’avais mis une sortie vélo et faire le sapin de Noël, par exemple. Par le biais de ce groupe, j’ai envie d’avoir des nouvelles d’eux, et pas forcément sportives. Je veux savoir si mes troupes se portent bien parce que s’ils s’entraînent deux fois par semaine mais que psychologiquement ils sont complètement ruinés, je ne sais pas dans quel état je vais les retrouver à la reprise. Je préfère un garçon qui s’entraîne un peu moins mais qui est en forme, continue à travailler. On en a qui n’ont pas de boulot ou sont en télé-travail et c’est le plus compliqué parce qu’ils sont mis à l’écart du monde professionnel.

Le plus important est de garder le contact humain, avant tout…

C’est tout à fait ça. Dans la semaine où j’ai mis faire le sapin, c’est plus pour le côté humain et avoir des nouvelles de tout le monde. J’apprécie mes joueurs, j’aime qu’ils se sentent le mieux possible et je sais qu’en ce moment c’est compliqué pour certains. C’est à moi, à nous, de garder tout le monde motivé.

On imagine que vous souhaitez récupérer vos joueurs à l’entraînement le plus tôt possible…

C’est clair que si on nous donne l’autorisation, on va se revoir au plus vite mais entre les fêtes ils auront une semaine sans rien. Si on a la chance de pouvoir se revoir le 15, bien sûr qu’on le fera et pas forcément que pour de la réathlétisation. Ce serait surtout pour se revoir et faire d’autres activités que du foot. Aujourd’hui, on n’a pas le droit aux matches, pas le droit aux contacts et je pense que ce sera la même chose au 15 décembre donc le but sera de recréer quelque chose avec ce groupe.

Quel est le format idéal pour terminer la saison ?

Je n’arrête pas de demander l’avis de plein de personnes qui touchent au sport parce que je n’en ai pas ! Je ne sais même pas quelle solution serait la meilleure pour mon équipe. Comment mes joueurs se comporteraient en cas de playoffs et poule de maintien ? Mon seul avis, c’est que les joueurs amateurs ont une grande envie de faire des matches, de jouer au foot mais les instances vont décider de comment on va fonctionner. Je ne sais pas quel format serait le mieux. Je n’ai pas d’avis tranché sur la suite, mais l’idéal est qu’on le sache le plus tôt possible.

Pourriez-vous comprendre une annulation de la coupe de France pour libérer des dates ?

La coupe de France apporte beaucoup au foot amateur dans le fait de pouvoir tirer une belle équipe et faire de la buvette, et ce n’est plus possible aujourd’hui parce que si on est amené à reprendre, je pense que ce sera à huis clos. Je suis pour la continuer, mais pourquoi pas le mercredi. Je sais que c’est compliqué pour les amateurs de se libérer, mais la seule solution pour que ça continue c’est celle-là, selon moi. Ma situation est peut-être plus facile parce qu’on est éliminés, mais ce serait dommage d’arrêter le parcours de ceux qui ont fait des exploits. Ce ne serait pas respectueux des clubs amateurs et cela briserait des rêves.

On a l’impression que le sport amateur est le grand sacrifié de cette crise sanitaire…

C’est tout à fait ça. Parfois je pense à notre foot, à tous les moments de plaisir que l’on prend et je me dis « fais chier, on ne peut pas », et je me mets intérieurement en colère par rapport à tout ça. Mais quand on y réfléchit davantage, notre foot est sympa, il est peut-être important, voire vital, pour certains mais il y a des choses beaucoup plus prioritaires et je peux comprendre que, malheureusement, le sport amateur soit délaissé même si ça embête et touche énormément de monde.

Êtes-vous toujours satisfait du début de saison, avec du recul ?

Bien sûr ! Le sentiment est le même et n’a pas changé parce que je me posais quelques questions suite à la montée un peu tronquée. Avions-nous le niveau de R1 après avoir fait une demi-saison de R2 ? Peut-être que mes joueurs et mes dirigeants se posaient des questions, mais après cette petite reprise, je suis satisfait de voir où nous en sommes et je pense qu’il y a encore des belles choses à faire. Il y a encore du travail, le groupe est très jeune et je pense qu’il y a de belles choses à faire avec eux. Je suis satisfait du début de saison et vivement que ça reprenne. Ils sont pour la plupart très jeunes, je pense qu’ils n’attendent que ça et c’est parfois compliqué de les faire travailler à la maison, seuls. Je leur dis qu’il ne faut pas lâcher, que l’avenir sera plus beau s’ils font les efforts individuellement parce qu’on sera encore plus forts quand on se retrouvera. On pourra passer plus rapidement au jeu plutôt que de repartir sur une préparation qui peut être longue après un si long arrêt.

Quoiqu’il arrive, il faudra plusieurs semaines pour être de nouveau prêt…

On est sur quatre à cinq semaines, oui. Ce sera un nouveau début de championnat. En juillet, on était parti sur six semaines de préparation et là on va repartir de zéro même si la grande majorité des joueurs continue à travailler. On sait que quand on travaille seul, on n’y met pas la même intensité que quand on travaille en groupe et les efforts de match sont complètement différents de ce que l’on peut faire à la maison.

Propos recueillis par Romain PECHON

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Amiens SC Tribune des Sports

Tribune des Sports après Rodez – Amiens SC

Amiens SC Mendoza Rodez

Trois ans après, l’Amiens SC met fin à une série noire