Amiens Portugais Breteuil


De retour aux Portugais d’Amiens, après un intermède d’un an avec l’Amiens Pigeonnier, Mickaël Somon s’est laissé convaincre par Benoît Sturbois, un entraîneur avec lequel il souhait travailler depuis plusieurs années. Entretien.

Publicité


Mickaël Somon, pourquoi ce choix de revenir aux Portugais ?

Benoît Sturbois me fait les « yeux doux » depuis que je suis à Albert. J’ai essayé à chaque fois d’aller vers lui et inversement, mais ça ne se faisait jamais. Je pensais que mon corps n’allait plus suivre donc j’ai été joué au Pigeonnier (ndlr : promu en Régional 3), mon club de cœur. A cette époque, Benoît n’était pas encore coach des Portugais. Au final, il m’a contacté, et je me suis dit que je n’avais rien à perdre et j’ai décidé de relever ce dernier challenge.

Publicité
Publicité


S’il avait pris les rênes dès l’été dernier, seriez-vous rester aux Portugais ?

En sachant ça, il aurait peut-être voulu me garder et j’aurais été plus motivé pour rester. Malheureusement, ça ne s’est pas fait. Je ne regrette pas du tout mon retour au Pigeonnier, loin de là. Maintenant, je n’ai que 32 ans, j’ai perdu assez de poids pour ne plus être embêté donc autant refaire une bonne année et voir par la suite.

Publicité


Comment cela s’est passé au Pigeonnier ?

Très bien ! Si Benoît ne m’avait pas contacté, j’y serais resté ! Fred Morais est un super coach, c’est mon club de cœur, je connais tout le monde là-bas. Je me suis demandé si je ne pouvais pas relever un dernier challenge. Je n’ai rien à perdre, je sais comment ça se passe aux Portugais donc autant retenter ma chance. C’est ce challenge qui m’a amené à partir plus qu’une volonté de quitter le Pigeonnier. En plus, tout ce que fait Benoît marche en général donc c’était soit maintenant, soit jamais. J’ai toujours voulu travailler avec Benoît, c’était le bon moment. C’est un bon choix de revenir aux Portugais.

Publicité
Publicité


Partez-vous avec le cœur serré du Pigeonnier, après la très belle saison réalisée ?

Un peu, oui, même par rapport au Président. Pour autant, ils ont très bien recruté cette année, et je me dis qu’ils pouvaient quand même se maintenir, et si jamais ça se passe mal pour moi, je repartirais là-bas sans problème !



Vous aurez de la concurrence sur le plan offensif aux Portugais…

Il en faut ! Je vais travailler, être sérieux. Je connais mes qualités et je sais qu’il faut un bon groupe pour avancer. Ce n’est pas un groupe de quatorze qui fera l’année complète.

Vous avez évoqué votre perte de poids, c’était une volonté pour se remettre dans de bonnes dispositions ?

Quand j’ai quitté Albert, j’ai eu une pubalgie et j’ai pris pas mal de poids. Depuis janvier, j’ai perdu six kilos, ça m’a aidé aussi dans le confinement, et je suis extrêmement motivé pour revenir à mon niveau et me faire du bien. Tout le monde me dit que 32 ans ce n’est pas vieux, et je vais montrer que c’est vrai.

Tous propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

A lire aussi : 

Régional 2 : Mickaël Somon effectue son retour chez les Portugais !

Michel Gomes Monteiro (Amiens Portguais) : « Je voulais rejouer avec mon frère »

Publicité
Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments