Nathan Monzango (Amiens SC) : « Rendre au club la confiance accordée »

Nathan Monzango Amiens SC
Panoramic

Révélation de la préparation estivale de l’Amiens SC, Nathan Monzango fait aujourd’hui partie intégrante de la rotation défensive d’Oswald Tanchot. Déterminé à faire de grandes choses avec son club formateur, le défenseur de 19 ans sait également qu’il lui reste beaucoup de chemin à parcourir dans sa très jeune carrière. Entretien.

Quel regard portez-vous sur votre début de saison, d’un point de vue personnel ?

Je me suis dit que je pouvais le faire grâce à la préparation. Je sortais du monde des jeunes, j’arrivais dans le grand bain et j’ai été super bien accueilli par les cadres et les autres. Quand on t’envoie dans le grand bain, il faut répondre présent. Il fallait que je sois là dès le match contre Nancy. Ce n’était plus une question d’être jeune ou non, j’étais sur le terrain, à onze contre onze et il fallait gagner. J’ai eu de la bonne pression sur ce match parce que j’aime bien jouer avec de la pression.

Amiens SC : Nathan Monzango, une belle promesse

Vous attendiez-vous à autant jouer à la reprise de l’entraînement ?

Pas du tout ! Je prenais chaque semaine comme de l’apprentissage. Quand je suis arrivé dans le groupe, mon but était d’apprendre pour espérer jouer dans les prochaines années. J’ai gagné beaucoup de temps et j’en suis heureux, mais il faut garder la tête froide et continuer à travailler. Rien n’est encore fait.

Comment s’est passée cette préparation où très peu de cadres étaient présents ?

J’échangeais beaucoup avec le coach (ndlr : Luka Elsner, à l’époque) parce que c’était un ancien défenseur. J’avais des lacunes sur les placements, le timing et je parlais beaucoup avec lui ou Aurélien Chedjou. Même s’il ne prenait pas part aux matches, il était là aux entraînements. J’étais à l’écoute et ça l’a fait.

Amiens SC : Chadrac Akolo toujours dans le projet ?

Dans quel domaine avez-vous le plus progressé depuis le début de saison ?

Je pense que c’est dans mon professionnalisme. Je n’étais pas autant pro avant. Suite à ma blessure, je me suis rendu compte que je faisais de bonnes choses mais ce n’était pas assez pour enchaîner les matches à haute intensité. J’ai dû changer ma façon de manger et mon train de vie. Mon alimentation était correcte mais je pouvais faire encore mieux, par exemple sur l’heure des repas ou le fait de ne pas manger assez. Je dois faire mieux sur mon poids.

Mon modèle c’est (Nicholas) Opoku. C’est une machine. Si je pouvais être au moins aussi fort que lui, ce serait bien.

Et dans quel domaine estimez-vous devoir encore progresser ?

Il y en a beaucoup ! Je dois progresser tactiquement et techniquement. Je pense que physiquement je dois progresser aussi. Dans le groupe, mon modèle c’est (Nicholas) Opoku. C’est une machine, et si je pouvais être au moins aussi fort que lui, ce serait bien. Je dois suivre ces gens qui travaillent dans le groupe.

Comment avez-vous vécu cette période d’attente de contrat professionnel ?

Elle est allée très vite parce que je jouais et je ne pensais pas au contrat. Je ne voulais pas y penser. Ça pouvait me retourner le cerveau et ce sont mes conseillers et mes parents qui ont géré ça. J’avais du temps de jeu avant de signer pro, et c’était encore mieux. J’espère rendre au club la confiance accordée. Ça fait plus de cinq ans que je suis ici, c’est la maison !

Amiens SC Nathan Monzango
Nathan Monzango face à Chambly

Qu’est-ce qui vous surprend le plus en L2 ?

L’intensité et l’impact physique. Comparé aux matches que je jouais l’an dernier en U19, c’est énorme. Je tombe contre des adultes et quand tu es au duel avec eux, tu le sens. Sur le plan de la concentration, ce n’est pas tout le temps facile, mais j’ai la chance d’avoir des gens comme Régis (Gurtner) derrière moi, ou Alexis (Blin) devant moi. Quand tu les vois, ils sont dedans. S’ils te prennent sous le bras et t’amènent avec toi, tu ne peux pas te perdre. On ne gagne pas tous nos duels, on ne gagne pas tous nos matches, mais on se bat, on a des valeurs et ça motive.

[J14] Rodez – Amiens SC : Des incertitudes en défense

Depuis plusieurs matches, on vous voit jouer à gauche. A quel poste êtes-vous le plus à l’aise ?

Dans l’axe mais j’ai une place dans le groupe qui fait que je dois être opérationnel là où le coach me met. Je suis jeune, il met dit d’aller à gauche, j’y vais. Exactement. Ce n’est pas la même façon de défendre et de jouer. Ce n’est pas du tout pareil, mais c’est du football. Il faut que je travaille sur mon jeu offensif et ma capacité à apporter plus. J’ai déjà joué à gauche en U19 avec le coach (David) Suarez. C’était similaire, on n’avait pas de latéral pour un match, j’étais le seul gaucher derrière et voilà. Je veux du temps de jeu et que ce soit à gauche ou dans l’axe, tant que je prends de l’expérience et du plaisir sur le terrain, ça me va.

Propos recueillis par Romain PECHON

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Benoit Sturbois Amiens Portugais

Benoit Sturbois (Amiens Portugais) : « Reprendre le plus vite possible »

Valenciennes Amiens SC Coupe de France

Coupe de France : Une reprise dès le 3 janvier ?