Après un début de championnat compliqué sur le plan comptable et marqué par des péripéties multiples au niveau extra-sportif, l’AC Amiens reste sur deux succès de suite et semble avoir trouvé son rythme de croisière. Une dynamique qu’Azouz Hamdane espère entretenir contre Beauvais, ce samedi. Entretien.

Azouz Hamdane, dans quel état d’esprit êtes-vous avant ce match contre Beauvais ?

On est dans un cursus de travail et l’ambition première est de continuer à faire progresser mon équipe. On est dans une bonne dynamique, avec ces deux succès consécutifs, dont un en marquant trois buts. Par contre, on encaisse toujours un but par match, ce qui nous met dans l’obligation de marquer au moins à deux reprises pour pouvoir l’emporter. Il faut qu’on arrive à corriger cela au plus vite, on ne peut pas toujours être dans cette situation. C’est le principal axe de travail depuis trois semaines. On n’est pas encore guéri, il y a encore beaucoup de travail mais depuis quelques séances, je sens mes joueurs attentifs, notamment sur le plan tactique. C’est très différent de ce qu’il se passait en tout début de saison. A moi de m’engouffrer dans cette brèche pour les faire progresser.

Et pour la première fois depuis le début de saison, vous disposez de la quasi-totalité de votre groupe…

A l’exception de Semiri et Ettaibi, qui ont respectivement une douleur à la cuisse et aux adducteurs, tout le monde est disponible. Mickaël (Despois) a ressenti une douleur à la cuisse cette semaine et on a géré cela au jour le jour. On verra dans les dernières heures, s’il est opérationnel ou tout du moins à 100%. Depuis le début de saison, on a payé cash la moindre absence. Là, on est quasiment au complet, il faut en profiter.

L’an dernier, AC Amiens-Beauvais était un choc au sommet. Cette saison, les deux formations sont en deçà des objectifs fixés en début de saison. Etes-vous surpris ?

Il n’y a que la vérité du terrain qui compte. Les paroles d’avant-saison n’ont pas de valeur sportive. Je m’attache à ce qui se passe sur le terrain et, de notre côté, nous sommes à la place que nous méritons. Nos contenus de match n’ont pas permis de tenir un meilleur classement, on y travaille durement. En ce qui concerne Beauvais, je ne me préoccupe pas de leurs difficultés. Il ne faut pas prendre en compte cet élément au moment de les jouer. Il faut aborder ces deux rencontres contre Beauvais comme on aborde les vingt-quatre autres matches de cette saison. Maintenant, Beauvais est une équipe qui ne me réussit pas trop. A l’exception d’une victoire chez eux, l’année où on monte en CFA (National 2), on ne les a jamais battus.

Dans cette poule principalement composée de clubs de l’ancienne région Nord-Pas-de-Calais, c’est toujours particulier d’affronter un autre club picard ?

Toujours. D’autant que depuis quelques saisons, l’affiche AC Amiens-Beauvais devient un classique. On a joué ensemble en CFA (National 2), aujourd’hui on se retrouve en National 3. Ce sera un match un peu particulier, d’autant que les joueurs des deux équipes se connaissent, certains ont joué voire ont été formés ensemble. On a beaucoup de mal à gagner ce genre de rencontre parce qu’il faut gérer les émotions, l’adversaire donne tout. On se craint mutuellement, même si on a confiance en nos qualités. C’est une rencontre qui est souvent indécise et celui qui fait la première erreur le paye cash. Il faudra faire un match intelligent et discipliné si on veut l’emporter. Au regard de notre forme du moment, sur ce que je ressens, j’ai bon espoir d’être entendu par mes joueurs.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

AC AMIENS – AS BEAUVAIS

9ème journée de National 3

Samedi 9 novembre, 18 heures

Stade Jean-Bouin, Amiens

Arbitre : M. Levecque

Laisser un commentaire