Président du club de Dijon, maintenu dans les conditions actuelles, Olivier Delcourt s’est montré très critique à l’égard de certains de ses homologues de Ligue 1 suite à l’arrêt définitif du championnat pour cause de pandémie du Covid-19, lors d’un long entretien accordé à Libération.

Publicité

Une absence d’Union sacrée

Symbolisé par Jean-Michel Aulas, le premier dirigeant à avoir déposé un recours en justice contre les décisions de la Ligue, la cacophonie entraînée par l’arrêt prématuré et définitif de la saison 2019/2020 et surtout de ses conséquences, suite aux décisions prises par le conseil d’administration de la LFP, déplaît fortement à Olivier Delcourt, le président de Dijon : « Certains collègues sont obsédés par la fin du Championnat, alors que ça devrait être l’union sacrée. La priorité, aujourd’hui, ce n’est pas le football mais se débarrasser du virus. Nos anciens ont vécu bien pire. Mon grand-père a été déporté pendant quatre ans. Chaque jour, il pouvait mourir. Ça me semble autrement plus compliqué à vivre que le confinement. »

Publicité

Une solidarité qui passe aussi par un geste de soutien à l’égard de l’Amiens SC, qui se retrouve relégué sans avoir pu défendre ses chances jusqu’au bout. A quelques journées près, le couperet aurait très bien pu tomber sur la tête des Bourguignons. Dès lors, Olivier Delcourt aurait-il tenu le même discours ? Pas si sûr…

Publicité

Source : Libération

A lire aussi : 

L’Amiens SC remplit le stade de la Licorne !

Un nouveau soutien de renom pour Amiens !

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire