Tanchot

Promu numéro 1 suite à l’éviction de Luka Elsner, dont il était le principal adjoint, Oswald Tanchot va diriger pour la toute première fois l’Amiens SC face à Caen, le club de Pascal Dupraz, ce samedi. Un baptême du feu loin d’être banal puisque les deux hommes ont failli travailler ensemble en Picardie.

Publicité

Pour votre premier match à la tête de l’ASC, vous allez croiser Pascal Dupraz, avec qui vous avez failli travailler ici…

On va se saluer, se checker comme on ne pourra pas se serrer la main. C’est particulier. Pascal est quelqu’un avec qui j’ai passé mes diplômes, au même titre que Christophe Pelissier, avec qui j’avais une très bonne relation. On est proches mais chacun fait sa route. On aurait pu travailler ici (ndlr : Amiens) mais ça ne s’est pas fait. Il a rebondi à Caen, de mon côté je suis ici, dans un autre projet. Je suis très content de le voir mais ce n’est pas le match de Pascal Dupraz et d’Oswald Tanchot.

Publicité

Le pensez-vous revanchard à l’idée d’affronter Amiens ? 

C’est quelqu’un qui a beaucoup de tempérament, pour faire ce métier il en faut. C’est aussi quelqu’un qui a beaucoup de savoir-vivre, qui est très fair-play, qui n’a pas ressassé le fait de ne pas être venu ici comme quelque chose de négatif. Il y a eu des échanges courtois, les différentes parties ont échangé leur point de vue et le club a fait un autre choix. Il faut l’accepter et être fair-play.

Publicité

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

Oswald Tanchot (Amiens SC) : « C’est une première pour moi »

Pascal Dupraz (Caen) : « Amiens est un bon adversaire »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire