Officiellement nommé à la tête de l’Amiens SC, après avoir assuré l’intérim pendant quinze jours, Oswald Tanchot se dit heureux de la confiance accordée par ses dirigeants, loin d’être frustré de ne pas avoir été nommé dans la foulée du licenciement de Luka Elsner.

Publicité


Une fierté et une responsabilité 

« Je suis conscient de la responsabilité qu’on me donne, fier qu’on ait pu penser à moi. Je suis aussi conscient de ce qui m’attend et des attentes qu’il peut y avoir. Un entraîneur doit créer la dynamique, notamment quand elle absente en ce moment. J’étais déjà très content dans mon rôle et ma fonction précédents. Les choses étaient très claires dès le début, ce qui est souvent gage de réussite. Maintenant, les résultats sont des éléments importants dans la prise de décision. Ce qui m’intéressait était de sentir qu’il y avait une adhésion totale. Cela fait partie des éléments de confiance pour un coach. Il y a une multitude de bons entraîneurs sur le marché, je pense qu’il a été submergé d’appels, ce n’est donc pas un choix par défaut. Il y a eu une volonté de continuité dans ce choix. J’ai rendu ma décision mercredi, je voulais savoir si on partage la même vision des choses. Sur ma nomination, dans le football, on ne peut pas empêcher les gens de penser ce qu’ils veulent, ce qui compte c’est que pensent les gens au sein du club et Luka. Sur le sujet, il n’y a pas de souci. »

Publicité


Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Amiens SC : Oswald Tanchot, la fin d’un faux suspense

Bernard Joannin (Amiens SC) : « Oswald est notre choix »

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire