En réflexion quant à la proposition de ses dirigeants de succéder à Luka Elsner au poste d’entraîneur principal, Oswald Tanchot ne compte pas rendre sa décision avant le début de semaine prochaine, soucieux de peser le pour et le contre avec l’envie de « ne pas donner raison aux gens qui pensent que c’était prévu d’avance ». Entretien.

Publicité


Où en êtes-vous dans votre réflexion au sujet du poste d’entraîneur ? 

Il n’y a rien d’acté. Je suis dans la continuité de mon intérim caennais. Pour l’instant, je ne me projette pas plus loin.

Publicité


Des discussions sont néanmoins en cours avec vos dirigeants…

On discute mais il y a surtout une réflexion. La balle est dans tous les camps, notamment le mien. Il y a eu des échanges, il y a un week-end pour réfléchir à tout ça.

Publicité


L’envie de devenir numéro 1 est-elle présente ?

Je suis un passionné de football, l’envie d’être sur le terrain est là quel que soit mon rôle. De toute façon, je savais en venant ici que je redeviendrais numéro 1 un jour, je l’ai toujours dit. Maintenant, j’avais envie de vivre une belle aventure avec Luka (Elsner) et je pense qu’on retravaillera ensemble. Etre numéro 1 n’est pas pour autant une finalité. Ce qui m’intéresse c’est la relation avec un groupe. Pour autant, quand on est sur un banc, ça revient très vite, j’ai encore cette envie-là.

Publicité


Vous connaissez ce groupe, vous êtes bien placé pour prendre la suite…

Je connais ce groupe, j’ai passé du temps avec eux. En tant qu’adjoint, on noue une relation proche, parce qu’on est là aussi pour assister le coach dans cette dimension-là. On doit sentir le vestiaire, avoir le ressenti du groupe, des plus jeunes notamment. Je suis convaincu que ce groupe doit faire beaucoup mieux. Il faut juste qu’on rebascule sur une autre vision des choses. Il faut qu’on devienne une équipe moins gentille. Si cela doit passer par une période de match où on est très solide et juste efficace défensivement, il faut passer par là. Parce que de ça va faire naître une dimension collective, une solidarité.

Le rapport que vous dîtes avoir créé avec Luka Elsner peut-il vous freiner dans la démarche de lui succéder ?

Pour être très clair avec vous, oui ça aurait pu me freiner. Sauf que Luka m’a appelé dès le premier jour, je l’ai quasiment tous les jours au téléphone, et il m’a dit que ce serait logique que je prenne la suite. Il m’encourage même à le faire. Cela entre donc en compte dans ma réflexion. Surtout je ne veux pas donner raison aux gens qui pensent que c’était prévu d’avance, ça m’énerve au plus haut point.

Quel timing avez-vous pour trancher de manière définitive ? 

C’est aux dirigeants de le dire mais il n’y a pas eu de deadline fixée. Les échanges ont été très sereins. J’ai parlé avec tous les dirigeants qui ont une importance dans la conduite du choix de l’entraîneur, afin de savoir ce qu’ils voulaient trouver chez leur nouvel entraîneur. Je voulais entendre ça, savoir pourquoi j’étais la bonne personne selon eux, afin de savoir si nous étions en phase, alignés au niveau des attentes. Parce que c’est avant que ça doit être fait.

Auriez-vous aimé qu’on vous propose le poste plus tôt ? 

Non, je ne revendiquais rien. J’étais très heureux aux côtés de Luka, je m’épanouissais dans mon travail, j’avais trouvé un équilibre, je prenais beaucoup de plaisir avec l’ensemble du staff. Je trouve même dommage que cette aventure commune se soit arrêtée si tôt, parce que Luka ne méritait pas ça. Cette décision était à mon sens trop prématurée.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

L’Amiens SC tenu en échec

L’Amiens SC retourne au Conseil d’État

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Pascal D
Pascal D
11 jours il y a

De toute façon les jeux sont faits depuis très longtemps, dès le recrutement de Tanchot.
Au théâtre ce soir, nous allons vivre une saison de galère et de mensonges….
Quel grand gâchis, nous avions tout pour se maintenir et réussir..
Une grande descente aux enferres….

jmd
jmd
11 jours il y a

quand le calife ne veut pas prendre la place du calife, is no good….

Riri
Riri
11 jours il y a
Reply to  jmd

Visiblement, plus personne ne veut venir entraîner. Ils ont compris qu’ils n’auront pas le choix des joueurs et postes nécessaires. Chasse gardée, hein M Williams ???