Oswald Tanchot (Amiens SC) : « Je constate la fragilité de notre équipe »

Amiens SC Tanchot

Battu pour la sixième fois de la saison, samedi soir à Troyes (2-1), l’Amiens SC a encore une fois affiché de sérieuses lacunes, notamment mentales après l’ouverture du score de Yoann Touzghar. Néanmoins, Oswald Tanchot estime que ses joueurs font preuve de combativité. Entretien.

Quelle est votre analyse après cette défaite ?

Je pense que la victoire de Troyes est méritée dans l’ensemble. Je regrette notre fragilité après une bonne entame de match, où j’ai trouvé qu’on était bien rentré, on avait su appliquer notre plan de jeu en allant les chercher haut et les presser. On a les deux premières occasions, mais sur la première réelle incursion de Troyes, on est fragile, on oublie un joueur comme Touzghar dans la surface de réparation, ça ne pardonne pas. Derrière, on a un peu été fragile, on a déjoué, on a manqué de mobilité et de qualité technique contre une équipe de Troyes en pleine confiance. On a vu la différence de confiance entre les deux équipes à partir du moment où ils ont ouvert le score.

On a l’impression que tout s’écroule dès que vous prenez un but…

C’est vrai, c’est l’impression que ça m’a donné. On a eu le mérite de rester dans le match en deuxième mi-temps grâce à un arrêt de Régis qui nous permet de rester à 2-0, mais c’est vrai qu’on a cette impression de fragilité quand on encaisse qui se caractérise par un manque de mouvement, de qualité technique. En deuxième mi-temps on a été un peu plus dans le courage, dans la bagarre mais de façon brouillonne. On a eu le mérite de rester dans la partie, de revenir à 2-1, de pousser mais contre une équipe de Troyes de cette qualité, c’est insuffisant.

Nouvelle déroute pour l’Amiens SC

Au-delà du score, vous perdez gros sur ce match

On perd beaucoup de joueurs sur blessure et Arnaud (Lusamba) sur carton rouge. C’est une défaite à l’addition salée parce qu’on perd Emmanuel Lomotey, Sanasi Sy qui se fait mal aux ischio juste avant le premier but. Ça fait beaucoup pour une soirée en plus de la défaite. On a des matches qui arrivent rapidement et on n’a pas le temps de cogiter. Il faut absolument que l’on récupère correctement, que l’on garde un maximum de foi, de volonté parce qu’on en aura besoin pour bousculer les adversaires qui arrivent.

On vous sent moins en colère qu’à Auxerre…

Je le suis moins parce qu’il y a eu la volonté d’appliquer et de faire des choses, mais j’ai surtout senti une équipe fragile. A Auxerre on s’était fragilisé, on n’avait pas fait ce qu’il fallait, mais ce soir je reconnais la supériorité de l’équipe de Troyes mais en même temps je constate la fragilité de notre équipe dans cette période où on manque de résultats. Ce n’est pas mon rôle d’enfoncer l’équipe, je dois plutôt être là pour amener de la confiance, garder tout le monde groupé et solidaire parce que dans ces périodes, c’est ce qui permet de s’en sortir.

Alexis Blin (Amiens SC) : « Tout n’est pas à jeter »

C’est difficile parce que depuis un mois les scénarii sont les mêmes… Est-ce que l’impuissance commence à vous gagner ?

Non. Quand on est sportif, l’impuissance ne doit pas être un sentiment que l’on peut avoir parce que ça se combat par le travail, la foi, la solidarité. L’impuissance, c’est l’abandon. Je dis ce que je ressens du match mais je ne suis pas abattu ou impuissant. Je suis combatif, les joueurs aussi, ils l’ont prouvé en ne lâchant pas, en allant au bout d’eux-mêmes pour essayer de revenir. Malheureusement, on n’a pas pu se créer une dernière occasion que l’on aurait pu avoir, s’il n’y avait pas eu ce carton rouge et tout le temps qu’on a perdu. Mais dans la période où l’on est il faut se battre contre les éléments, être solidaires et élever notre niveau de jeu, tout simplement.

Propos recueillis par Romain PECHON

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Amateur : Des playoffs inévitables ?

Amiens SC Blin

Alexis Blin (Amiens SC) : « Se remettre la tête à l’endroit »