Après dix journées disputées, l’Amiens SC court toujours après le temps perdu en début de saison. Et si la descente en Ligue 2 n’a pas aidé dans le processus de recrutement, Oswald Tanchot estime néanmoins que la stratégie de recrutement du club picard a ses limites. 

La suite après cette publicité

Des joueurs encore à l’hôtel

« Pour moi, le travail de recrutement doit être fait très en amont. Ce type de recrutement (ndlr : de joueurs prêtés provenant de l’étranger et arrivant quand la saison est démarrée) doit se faire sur un ou deux éléments. Globalement, le fait de descendre en L2 a freiné ce genre de choses, mais un travail bien fait est un travail bien anticipé, où les arrivées sont finalisées au moment où l’on reprend l’entraînement. C’est ce que je disais à Cedric Daury à Auxerre : six des huit recrues étaient là à la reprise. Ca change tout, ça permet de faire deux mois ensemble, de créer du lien footballistique mais aussi social. Là, alors qu’en est au mois de novembre, on a encore des joueurs qui vivent à l’hôtel, et actuellement, c’est être en incapacité de manger parce qu’il n’y a pas de restaurant. Quand on est sportif de haut niveau, tout ça compte. »

La suite après cette publicité

Oswald Tanchot « dans l’inconnue » avant Clermont

Propos recueillis par Romain PECHON

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire