Oswald Tanchot (Amiens SC) : « On a été des figurants »

Amiens SC Tanchot

Un nouveau match sans marquer, un seul tir cadré et sans doute la défaite de trop pour espérer jouer les troubles fêtes dans le sprint final, l’Amiens SC a très clairement dit adieu à ses dernières ambitions en s’inclinant face à Sochaux (0-1) samedi soir. De quoi amener Oswald Tanchot à avoir un constat dur mais lucide de la situation. Entretien.

Oswald Tanchot, vous avez encore affiché vos limites sur ce match, notamment en attaque

Oui, mais il ne faut pas sectoriser les manques. En première, ils étaient partout, en attaque, dans la construction du jeu, dans l’intensité, dans les intentions. Le fait de ne pas marquer est une conséquence de tout ça parce que c’est la finalité du jeu, mais les manques étaient partout. Ce n’est pas la faute d’un secteur, mais plus de notre prestation qui était loin de tout en première mi-temps.

Amiens SC : Plus de 400 minutes en enfer

Comment se fait-il que les joueurs semblent si tendus ?

C’est exactement la question que j’ai posée à la mi-temps. De quoi ou de qui ont-ils peur ? Il n’y a pas de raison de ne pas se lâcher, de ne pas entreprendre, de ne pas se montrer. Sur cette première mi-temps, les deux gros problèmes que l’on a pu avoir c’est l’aspect technique – où on a été catastrophique sur des choses simples – et dans l’intensité. On a démarré avec l’intention d’aller les chercher, on s’est fait prendre sur un premier pressing haut où en trois secondes ils se sont retrouvés dans notre surface sur un pressing qui n’est pas suivi par toute l’équipe. Quand on presse, il faut que les onze joueurs soient concernés, et là, il a manqué un bout de l’équipe pour récupérer. Ca nous a mis dans un entre-deux complètement stérile.

Est-ce que l’impuissance offensive ne commence pas à déteindre sur l’ensemble de l’équipe ?

Peut-être, mais faisons déjà les choses dans l’ordre. Créons-nous de bonnes situations comme on a pu le faire en deuxième. On en a eu trois dont deux assez énormes. Sur ce match, l’efficacité a choisi son camp et l’équipe la plus efficace a gagné, parce qu’en termes d’occasions, c’est à peu près équivalent. Les deux équipes ont eu leur mi-temps mais je trouve que notre domination a été constante sur notre mi-temps. Mais quand on loupe une puis deux occasions, ça rentre dans la tête des joueurs et ça crée une forme d’impuissance contre laquelle il faut lutter parce que les choses ne sont jamais gravées dans le marbre et on a toujours cette possibilité de changer les évènements quand on est acteur. Il faut se révolter, se rebeller, avoir envie de mettre un peu plus d’agressivité dans ce qu’on fait sur ces situations pour marquer un but. Je n’ai pas envie de stigmatiser un secteur plus qu’un autre parce que la première mi-temps, c’est une défaillance collective. Dans les intentions, certains sont bien entrés mais ça n’a pas été suivi par tout un collectif.

Cheick Timité (Amiens SC) : « On est toujours là, on ne lâche rien ! »

L’illusion du top 5 est complètement envolée désormais…

Cette défaite est dure non pas à cause du classement ou du nombre de points, mais parce que la première mi-temps est à jeter. On peut louper, avoir du déchet, être battu par meilleur, mais on n’a pas joué en première mi-temps. On a été des figurants. Le niveau d’un joueur professionnel à Amiens demande autre chose que ce que l’on a fait en première. Il y a une réaction en deuxième, mais ce qui me dérange, c’est le rapport entre qualité-potentielle et le rendu. On peut faire mieux, on l’a montré en deuxième. Cette première mi-temps est difficile parce qu’on a rien vu.

Maintenant il faut éviter de se faire peur…

Oui, mais ce n’est pas en le rabâchant que ça va se faire. Il faut être conscient de notre niveau, de nos capacités, de notre potentiel mais aussi de nos manques. Effectivement, si le classement le demande, on aura peut-être un autre discours et d’autres intentions de jeu parce que c’est bien de vouloir être protagoniste du match, mais il faut aussi avoir un impact offensif qui permette d’être tueur quand il faut l’être.

Propos recueillis par Romain PECHON

Jusqu'à 150€ offerts, sur votre premier pari !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

[J26] Amiens SC – Sochaux : Vite la suite !

Anciens : Premier succès avec Courtrai pour Luka Elsner