Oualid El Hajjam : « Amiens reste une période inoubliable »

Oualid El Hajjam Amiens Troyes

Un an après son départ pour Troyes, Oualid El Hajjam attend avec impatience ses retrouvailles avec l’Amiens SC, ce samedi à l’occasion de la 12e journée de Ligue 2. Très attentif au sujet de la situation de son ancien club, le défenseur de 29 ans porte un regard très pointu sur cette année 2020 marquée par une relégation en Ligue 2. Entretien.

Dans quel état d’esprit abordez-vous vos prochaines retrouvailles avec l’Amiens SC ? 

Avant tout, ce sera un très bon match à jouer. Ce sera aussi de belles retrouvailles, parce que je suis heureux de retrouver des personnes avec qui j’ai passé beaucoup de temps, vécu de belles choses. Ce sera un bon moment, Amiens reste une période inoubliable pour moi. Je vais retrouver Régis (Gurtner) Mendoza (Steven Mendoza), Juan (Otero), Cheick (Timité), Alexis (Blin) et puis les jeunes comme Iron (Gomis) qui sont devenus titulaires. Je suis aussi très content pour eux. A Troyes, pour le reste de l’équipe, c’est un match comme un autre.

Amiens SC : Oualid El Hajjam, un itinéraire semé d’embûches

Avez-vous eu l’occasion d’échanger avec eux à l’approche du match ? 

Pas énormément. Avec certains, on est restés en contact mais là avec l’enchaînement des matches, chacun se focalise un peu sur son club. On n’a pas vraiment eu le temps de parler du match ensemble.

Quand le calendrier est sorti, avez-vous tout de suite regardé les dates des matches contre Amiens ? 

Pas vraiment. Je suis impatient du match retour à la Licorne, j’espère avec du public, car c’est toujours agréable quand il y a du monde dans ce stade. Même en amical, cet été, avec une seule tribune, c’était très agréable de revoir du monde. Sinon, c’est un gros match parmi les nombreux gros matches qu’on doit disputer cette saison.

Un an après votre départ, que vous avez dû forcer un peu, on imagine que vous ne gardez que des bons souvenirs de votre passage à Amiens ? 

Bien sûr ! Amiens, c’est avant tout des années formidables, où dans l’ensemble tout s’est bien passé. On est monté en Ligue 1, il y a ce match à Reims, des émotions fortes et une vraie belle expérience avec le groupe. Le reste, ça fait partie du football, c’est pareil dans pratiquement tous les clubs. Chacun défendait son intérêt et essayait de tirer profit de la situation. Maintenant, il n’y a pas de rancune de ma part, je suis vite passé à autre chose.

Oualid El Hajjam : « A Amiens, c’est devenu plus compliqué »

Quel regard portez-vous sur la trajectoire du club depuis votre départ ? 

C’est particulier… Tout le monde sait ce qui aurait pu être mieux fait. Les personnes concernées sont assez grandes pour le savoir. C’était triste de voir des amis galérer de la sorte, ça faisait mal au cœur la saison dernière quand je regardais les matches. Je ressentais de la frustration, du désarroi, de désolation. Au regard de la qualité, du jeu proposé sur certains matches et de la mentalité de certains joueurs, c’est dommage que ça se termine comme ça. Après, quand on est un club comme Amiens, il faut savoir garder une certaine base pour exister et perdurer au plus haut niveau. A ce niveau-là, le talent ne suffit pas, il faut savoir préserver une identité, une alchimie, pour réussir à maintenir ce genre de club en Ligue 1. Il faut donc un mélange de joueurs de talent, de joueurs de « club », c’est ce qui s’était très bien passé sur les premières saisons. Sur la continuité, c’est difficile d’avoir constamment des joueurs prêtés, qui ne sont pas forcément concernés par le projet, qui n’ont pas forcément la niaque pour se battre dans les moments difficiles, contrairement aux joueurs qui savent d’où ils viennent, qui ont connu la galère du club. Ça peut se comprendre, c’est plus dur mentalement de s’investir à 200% quand on n’appartient pas à un club. Tout ça est difficile à gérer pour un coach. Le club a fait des choix à double-tranchant et malheureusement ça n’a pas fonctionné.

el hajjam pressé

Quand on a participé à l’aventure, du point départ en National jusqu’à ces trois saisons en Ligue 1, c’est difficile de voir que ça se termine de la sorte…

C’est pas simple. Amiens a jonglé aussi avec les moyens du bord, les limites de son budget. Il y a eu de belles révélations, de très bons joueurs qui sont passés au club, de très belles ventes. Maintenant, un pari on sait ce que ça veut dire, on a une chance sur deux pour que ça marche. L’an dernier, quand j’en parlais avec mes amis encore au club, ils me disaient que c’était difficile de retrouver les ressources du passé, d’avoir la même envie chez les joueurs qui n’appartenaient pas au club. Maintenant, il faut que tout le monde tourne la page. La polémique sur la descente a également été assez longue à vivre, pour tout le monde je pense. C’est délicat et particulier. Il faut passer à autre chose après cette situation inédite. Cette année, on voit encore une année très étrange avec les matches reportés, ceux à huis-clos, il faut prendre du recul, relever la tête et passer cette saison. Par contre, je suis heureux de voir que des mecs comme Jo (Jordan Lefort), Bakaye (Dibassy) et Serhou (Guirassy) ont su rebondir et retrouver de très bons clubs. Souvent, quand il y a une descente, c’est difficile pour tout le monde. Là, il y a des mecs avec qui j’ai évolué durant très longtemps qui ont réussi à retrouver un projet intéressant. Je suis content pour eux.

L’Amiens SC est encore en convalescence

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Retrouvez la deuxième partie de notre entretien avec Oualid El Hajjam ce mercredi en fin de journée.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Antoine Buron Amiens SC b

Antoine Buron (Amiens SC b) : « Le mode de fonctionnement reste le même »

Stephen Odey Amiens SC

Amiens SC : Stephen Odey, déjà le début de la fin ?