A l’instar de la saison dernière, avec deux défaites pour ses deux premiers matches, l’Amiens SC ne lance clairement pas sa saison de la meilleure des manières. Si Oualid El Hajjam concède un manque d’efficacité, le latéral droit refuse de tirer la sonnette d’alarme. 

Publicité

Oualid El Hajjam, quelle est votre sensation après cette défaite contre Montpellier ?

Beaucoup de frustration, comme l’année dernière. Ce sont des matches où c’est vraiment très fermé et encore ce soir ça a été le cas. Malheureusement, dans ce genre de match, il faut être les premiers à marquer sinon c’est très compliqué après de revenir au score et de pouvoir gagner. Même si on est revenu à 2-1, il a manqué une grosse occasion. A 1-0, on peut revenir au score, après à 2-1 on peut également revenir, c’était serré et il manque ce brin de réussite encore une fois. C’est très compliqué dans ce genre de match face à des équipes qui défendent très bien. Ils sont en place, ils se connaissent, ils ont un système qu’ils gèrent depuis très longtemps donc si on n’arrive pas à faire de très bons décalages, être en mouvement, c’est compliqué.

Publicité

Manquez-vous de poids en ce début de saison ?

C’est surtout certains automatismes, il y a eu de bonnes choses mais si on ne marque pas en premier c’est compliqué. On a eu les occasions pour mais malheureusement on n’a pas réussi à concrétiser cela et maintenant c’est le foot, il faudra vite se ressaisir pour le prochain match.

Publicité

Pas de quoi être inquiet donc ?

Non, car on a prouvé de bonnes choses quand même. On prend deux buts, dont un top but, mais ils ont peu d’occasions et beaucoup de réussite. Et puis malheureusement, on voit qu’en Ligue 1 cela se joue sur des détails et malheureusement cela ne nous a pas souri ce soir (ndlr : samedi soir). On espère que ça ira mieux la prochaine fois.

Ça part mal, un peu comme l’an dernier …

Oui après ça part mal mais ce n’est pas catastrophique non plus, c’est pour cela que l’on n’a pas à se prendre trop la tête non plus contrairement à l’année dernière où c’était très triste. Contre une grosse équipe de Lyon, on peut accrocher le match nul, là ce soir c’est pareil on voit que l’on peut faire beaucoup mieux, on n’a pas démérité non plus.

On aurait donc tort de penser que vous êtes dans le dur… 

Il n’y a pas de crise et pas de crise à avoir. C’est de rester serein et de continuer à bosser, à progresser, certes voir ce qui n’a pas été et chercher à être encore meilleur. Il n’y a pas de crise, pas d’affolement.

Propos recueillis par Romain PECHON

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !

Laisser un commentaire