A l’instar de Matthieu Dreyer, Oualid El Hajjam ne souhaitait retenir que la qualification et faire abstraction de la manière après la victoire de l’Amiens SC à Metz en 1/16e de finale de Coupe de la Ligue (1-2). Un succès, le première de la saison à l’extérieur qui pourrait bien servir de déclic au moment d’aborder un mois de novembre de tous les dangers. 

Oualid El Hajjam, il a fallu s’arracher pour aller chercher cette qualification… 

Oui, le plus important dans un match de Coupe c’est la victoire, le reste on s’en moque. La manière, on n’en a rien à faire. Ce que l’on retient, c’est la victoire, contrairement en Championnat où il faut une certaine manière pour pouvoir être efficace sur le long terme. Mais là, on a gagné, on passe au tour suivant, c’est le principal.

Comment expliquez-vous le fait que la manière ne soit pas au rendez-vous ? 

On sait très bien qu’on peut mieux faire, on a fait beaucoup tourner, il faut trouver les automatismes, ce n’est jamais facile. Surtout en pleine semaine, à 21h. On a su s’adapter, on a su gagner ce soir, donc tant mieux.

Cette qualification est-elle une bouffée d’oxygène ?

Oui, mentalement ça fait du bien de gagner, encore plus quand c’est dans la difficulté. C’est donc une très belle victoire ce soir. Elle doit servir pour samedi, apporter du positif. Gagner, ça apporte toujours du
positif pour le groupe. Si on avait perdu, ç’aurait été un peu chaotique et affronter Nice aurait été un peu plus compliqué. Là, ça nous permet de repartir sur de bonnes bases avant d’affronter cette très belle équipe.

Ce sera un tout autre match avec un scénario très différent… 

Ça ne va pas être tout à fait pareil. Le jeu ne sera pas non plus pareil. Mais nous retrouverons nos habitudes. En pleine semaine, comme ça, c’est différent. Quand ça tourne beaucoup, ce n’est pas évident. Il faudra bien se préparer pour samedi. Il faudra avant tout très bien défendre. Ils sont très bons offensivement. Mais on ne doit pas avoir peur d’eux non plus. C’est une équipe assez friable aussi, qui a ses moments de doute, donc il ne faut en effet pas les sous-estimer, mais pas les surestimer non plus. Il faudra être très attentifs, et prêts défensivement.

En tout cas, ça galvanise, une victoire en Coupe ?

Oui bien sûr, on repart avec le sourire. On n’a pas fait tout ce chemin pour rien.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire