Patrice Descamps : « Je suis très fier de mes joueurs »

A l’issue de la victoire de l’équipe réserve de l’Amiens SC face à l’équipe B de Chambly (2-1), l’entraîneur Patrice Descamps s’est montré pleinement satisfait sur l’attitude de ses jeunes joueurs.

Un véritable combat

Face à l’équipe B du FC Chambly Oise, les joueurs de Patrice Descamps se devaient de réagir, une semaine après une grosse désillusion contre Dunkerque (b). C’est ce qu’ils ont fait avec beaucoup d’application, constate l’entraîneur de l’équipe réserve de l’Amiens SC. « C’était un match avec beaucoup d’intensité, contre une équipe proche d’une National bis selon moi. On n’est pas parti à l’abordage, la fleur au fusil. On a assisté à une première période avec deux blocs bien organisés avec une grosse densité athlétique. Nous, on a cherché beaucoup de jeu entre les lignes, sans la réussite escomptée, dans un système où il fallait bien occuper l’espace et la largeur. »

Effectivement, dans le premier acte, seul Segarel parvenait à répondre à une frappe de l’ancien amiénois, Laurent Heloise. Ce fut d’ailleurs les deux seules occasions à observer, satisfaisant l’entraîneur Amiénois sur la solidité de son équipe. « Le nul est équitable sur la première période. Je suis vraiment fier des garçons sur la première période. Je leur avait dit aujourd’hui, au-delà de gagner le match, de remporter la rencontre sur les attitudes car la semaine dernière à Dunkerque, j’avais été déçu. Là-dessus, ils m’ont donné pleinement satisfaction et je suis très fier de ce qu’ils ont fait. »

Pourtant, Chambly ouvrit le score…

Avec très peu de possibilités ni pour les Amiénois, ni pour les Camblysiens, c’est finalement sur un corner que l’ouverture du score a lieu, dans les vingt dernières minutes. Un événement qui laissait paraître chez Patrice Descamps une peur très brève. « Quand on encaisse le but, je n’ai pas eu peur de sombrer. Mais, j’ai eu peur que dans ce match là, ce soit le premier qui marque le vainqueur. Et ça, uniquement car le match était fermé. C’était un duel d’hommes avec une belle densité. Ma première pensée a été celle-ci et ensuite j’ai regardé mes joueurs se replacer. Je les ai écoutés et j’en ai vu 1, 2, 3, 4, qui parlaient entre eux, s’arrangeaient en disant : Allez ! C’est pas fini ! Et là, ils m’ont redonné l’énergie. »

…avant une belle réaction d’orgueil…

Menés au score à vingt minutes du terme, les joueurs de l’équipe réserve de l’ASC se montraient plus oppressants sur les cages Camblysiennes. Et la réaction ne se faisait pas attendre, puisque les Amiénois revenaient au score deux minutes après le but de Chambly. « Mon équipe a eu le cœur aujourd’hui sur un terrain difficile. Elle est allée chercher l’égalisation, puis le penalty avec Stanley Segarel qui inscrit un doublé. Au-delà de la victoire, je suis surtout content en tant que coach de ressentir les réactions dans les attitudes. Je suis particulièrement content de cela ce soir. »

Patrice Descamps ajouta sur l’attitude intéressante, voire même irréprochable de ses joueurs. « J’ai aimé leur volonté et le cœur qu’ils y ont mis. Surtout en étant menés au score, on aurait pu croire qu’ils allaient se relâcher. Aujourd’hui, le contraste est dans la débauche d’énergie qu’ils ont mis pour appliquer les principes de jeu : trouver la possibilité entre les lignes, mais aussi être capable de renverser le jeu, ce qu’on a fait notamment en seconde mi-temps, visualise-t-il. Je reste convaincu que le contraste entre les deux périodes est issu de notre capacité à élever notre niveau de jeu.

…une semaine après un revers regrettable

En témoigne la défaite dans le Pas-de-Calais face à l’ex-lanterne rouge, l’USL Dunkerque (b), les coéquipiers de Valentin Gendrey sont en grande en difficulté à l’extérieur. Une étape à franchir pour des jeunes en formation, qui doivent acquérir le matériel pour s’aguerrir au fur et à mesure de la saison. « On a eu une semaine ferme après la défaite à Dunkerque, à la fois dans le travail, le discours, les intentions. Je ne veux pas voir des ados attardés mais des garçons qui sont dans un projet pour aller titiller le monde professionnel, avoue sans contraste leur entraîneur. Donc, je n’ai pas le temps à perdre sur autre chose que les joueurs qui ont du potentiel. »

Jean-Baptiste PLOYART

Laisser un commentaire