Pierre Samsonoff (LFA) : « La coupe est très importante pour les finances des clubs amateurs »

Valenciennes Amiens SC Coupe de France

Directeur de la Ligue de football amateur (LFA), Pierre Samsonoff a tenu à réagir aux critiques émises par de nombreux entraîneurs – dont Azouz Hamdane – à propos des conditions de la reprise de la coupe de France pour les clubs amateurs. 

Préserver la singularité de la coupe de France

Alors que le timing a pu surprendre, avec une annonce le 19 janvier pour une reprise de la compétition à partir du 30 janvier, Pierre Samsonoff, le directeur de la Ligue de football amateur explique le processus à l’origine de poursuite de la coupe de France. « Le nouveau format de la compétition a été adopté lors du comité exécutif du 17 décembre dernier. Et quasi immédiatement, on a commencé à discuter avec l’État sur le protocole sanitaire à mettre en place pour encadrer cette reprise d’activité, précise-t-il à l’occasion d’un entretien accordé à RMC Sport. Les discussions ont été très longues et ce n’est pas une critique qu’on peut faire à l’État, vu la situation sanitaire actuelle. Les propositions faites ont demandé des vérifications très pointilleuses pour arriver à ce protocole qui va encadrer nos rencontres à venir. »

Azouz Hamdane (AC Amiens) : « Si ça ne tenait qu’à moi, je boycotterais ! »

Ainsi, tandis qu’aucune perspective existe à propos de la reprise des championnats, la FFF est parvenue à obtenir la relance de la coupe de France. Un ordre des priorités qui pourrait surprendre. « La Coupe de France est la compétition symbolique et emblématique de l’unité du football français. C’est la compétition qui fait rêver tous les clubs amateurs, qui mobilise aussi les clubs professionnels, justifie Pierre Samsonoff. Donc la jouer, elle qui n’a jamais été interrompue, même pendant la guerre, c’est une priorité pour la FFF. Parce qu’elle a du sens sportivement. Parce qu’elle a du sens symboliquement. C’est très important pour les finances du football amateur. La Coupe de France est un levier majeur de redistribution pour les clubs amateurs. C’est quasiment 12 millions d’euros de dotations qui sont distribués vers les clubs qui participent à la compétition. »

Un encadrement de la Fédération pour l’application du protocole sanitaire

Concrètement, les dotations versées seront conformes à celles prévues au début de la saison, à savoir 7 500 euros pour les clubs se qualifiant pour le 7e tour et jusqu’à 100 000 euros pour les 17 clubs « amateurs » (National et CFA compris) qui parviendront à se hisser jusqu’aux seizièmes de finale, stade auquel les clubs professionnels et amateurs doivent se retrouver. « Ce sont des dotations extrêmement importantes, se félicite le directeur de la LFA. D’autant plus qu’on aura cette année un nombre record de clubs amateurs engagés en seizièmes de finale. On a garanti 17 places aux clubs amateurs, au moment où ils vont rentrer en compétition avec les pros. Avoir pu sauvegarder ça dans un contexte où on parle de reconfinement, où les nouvelles sanitaires ne sont pas bonnes tous les jours, c’est vraiment quelque chose d’important pour le football. » 

Sébastien Léraillé (ESC Longueau) : « C’est une histoire de gros sous »

Reste à savoir dans quel état les clubs amateurs vont aborder cette compétition, eux qui n’ont plus joué le moindre match officiel depuis la fin octobre et qui ont appris la relance de la coupe de France moins de quinze jours avant la tenue du 7e tour. Le tout sans obtenir de dérogation au couvre-feu pour s’entraîner au-delà de 18 heures. « Vous dire que c’est idéal, évidemment ce n’est pas la réalité. Mais à un moment donné, l’État nous a dit, et on peut le comprendre : on déroge déjà à un principe important d’arrêt des compétitions amateurs, on ne peut pas en plus déroger à tout ce qui se fait en matière de protection des populations et notamment cette disposition du couvre-feu, précise Samsonoff. Chaque club va s’organiser. Nous, fédération, allons nous mettre en quatre pour aider les clubs à s’organiser. »

Dans les faits, la FFF va proposer un tutoriel complet à chaque club pour détailler la manière d’appliquer le protocole sanitaire. S’ils ne sont pas en mesure de l’appliquer à 100%, ils devront « renoncer à la compétition » précise le directeur de la LFA. Preuve s’il le fallait de l’incongruité de la situation et de la volonté de reprendre coûte que coûte une coupe de France délestée de tout ce qui fait habituellement son charme.

Retrouvez l’intégralité de son interview à RMC Sport

Jusqu'à 150€ offerts, sur votre premier pari !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Arbitre Ligue 2

[J21] Paris FC – Amiens SC : l’arbitre du match

Jayson Papeau Amiens SC

Jayson Papeau (Amiens SC) : « Ne pas gâcher la bonne série en cours »