Illustration : TA Rennes
Après un passage d’un an à Rennes, Pierre Villez est de retour en Picardie, du côté de Longueau. Entre formation à l’Amiens SC, passage aux Etats-Unis et retour dans la Somme, le jeune milieu de terrain (23 ans) nous raconte son parcours atypique et ses liens avec son nouveau club, en Régional 1.

Pierre Villez, pourriez-vous nous détailler votre riche parcours de footballeur ?

J’ai été formé à l’Amiens SC, où je suis resté de mes 5 ans jusqu’à mes 18 ans, où j’ai joué en U19 Nationaux. Dans le même temps, je faisais mes études à La Hotoie, en filière scientifique, et après mon bac, il fallait choisir le foot ou les études, et je ne voulais pas forcément prendre cette décision. Je suis tombé sur des agents de FFF USA et ils m’ont fait partir aux Etats-Unis. Je suis resté trois ans et demi là-bas, en équipe universitaire. Il y a un été où j’ai fait la PDL, qui est un peu l’équivalent de la troisième division. Après ça, j’ai tenté de faire des essais dans des équipes d’USL, le deuxième niveau, mais ça n’a pas été spécialement concluant. De ce fait, je suis revenu en France en décembre 2017. J’ai joué en National 3 à Ailly-sur-Somme de janvier à mai 2018. Ensuite, toujours à la recherche d’un projet scolaire et sportif, je suis allé à Rennes où j’ai trouvé un master et l’équipe de la TA Rennes, en N3 également. Je reviens vers Amiens pour y effectuer mon stage de fin d’études et par la même occasion, j’ai signé à Longueau. J’ai profité de mes études pour voyager tout en continuant à jouer au foot.

Qu’est-ce qui vous a incité à rejoindre Longueau pour la prochaine saison ?

Il y a le fait que le club est monté en Régional 1 mais aussi le fait que j’avais déjà discuté l’an dernier avec Sébastien Léraillé. Je pense que c’est un club qui me correspond dans le sens où je connais déjà pas mal de joueurs de l’équipe, avec qui j’ai pu jouer ou même des amis. Directement, ça a influé sur ma décision. Il y a aussi l’esprit et les objectifs que le club se fixent. Je pense que c’est un club qui a des objectifs de monter de catégorie, peut-être pas pour la prochaine saison mais sur la durée. Le coach a aussi su me convaincre et a eu un discours intéressant. C’est un ensemble de raisons qui m’a amené ici.

Sébastien Léraillé nous a dit que vous vous étiez beaucoup entretenus pendant leur parcours en coupe de France…

Ils ont joué des équipes bretonnes, Lannion et Vitré. J’ai eu quelques informations sur Vitré à leur transmettre, mais j’en ai eu plus sur Lannion puisqu’ils évoluaient en N3 Bretagne dans lequel j’étais. Le coach que j’avais à la TA Rennes est présent au club depuis quinze ou vingt ans et il connait le club, l’entraîneur et les joueurs de Lannion, il m’a vraiment bien renseigné sur Lannion et j’ai pu transmettre ça à Sébastien.

C’est une belle marque de confiance entre vous et votre nouveau coach…

C’est ça, mais même si je n’étais pas revenu, Sébastien est un bon gars et quand j’ai vu qu’ils avaient tiré Lannion, je suis allé directement demandé des informations à mon coach pour lui relayer. Je ne sais pas si ça a eu de l’influence mais ils sont passés et quand j’ai vu qu’ils étaient qualifiés, j’étais ravi !

On imagine que vous avez suivi leur parcours en coupe de France…

Oui, je l’ai bien suivi ! Comme j’ai dit un peu avant, en dehors du fait que je devais signer là-bas, j’ai des copains qui y jouent et forcément, quand un copain va loin en coupe de France, c’est toujours intéressant de le suivre. Malheureusement, en étant à Rennes je n’ai pas pu voir les matches mais j’ai suivi tout ça de loin.

Qu’avez-vous ressenti en les voyant en 32èmes de finale ?

Franchement, je me suis dit que ce n’est pas anodin qu’une équipe de Régional 2, même si l’effectif était bien au-dessus, fasse une aussi belle performance. J’espère vraiment qu’on va pouvoir rééditer un parcours similaire cette année.

Mes points forts sont les passes, que ce soit le jeu long ou le jeu court.

C’est important d’avoir ce genre d’ambitions et ne pas se contenter que d’un simple maintien ?

Absolument. Je suis footballeur et aussi compétiteur. Quand je vais dans un club, quand je joue un match, je me donne à 100% et je n’ai qu’une chose en tête, c’est de gagner. Plus je peux gagner, plus je serai heureux et plus je serai satisfait.

Comment décririez-vous votre style de jeu pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

En tant que milieu de terrain, je vais dire que mes points forts sont les passes, que ce soit le jeu long ou le jeu court. Cette saison, à Rennes, le coach m’a beaucoup fait travailler sur ce qu’il me manquait, c’est-à-dire l’agressivité et récupérer encore plus de ballons. J’ai apporté ça à mon jeu, et je pense que c’est intéressant.

Pour terminer, qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour la saison qui arrive ?

Je n’ai rien qui me vient à l’idée, mais forcément de la réussite, tout d’abord pour Longueau. Si collectivement et individuellement la saison est bonne, ce sera tout bonus pour tout le mode.

Tous propos recueillis par Adrien ROCHER

Crédits illustration : TA Rennes

Laisser un commentaire