Courtisé pendant l’été, Prince Gouano a préféré mettre logiquement l’accent sur le déplacement de l’Amiens SC sur la pelouse de Nice, demain soir, plutôt que sur sa situation personnelle. Et le capitaine de l’ASC espère bien faire un coup sur la Côte d’Azur.

Prince Gouano, on imagine que vous êtes impatient de démarrer la compétition…

C’est un peu comme la rentrée des classes. On a hâte d’être à demain soir pour disputer ce match, en plus contre Nice, qui est une belle équipe.

Comment vous sentez-vous à l’approche de cette saison ? Avez-vous la certitude de rester malgré les rumeurs de départ ?

Il y a deux questions là-dedans. Mais je peux répondre très clairement à l’une des deux. Je me sens très bien, je pense avoir fait une bonne préparation, comme tout le groupe. Je suis investi dans le projet. Ensuite, parler d’un éventuel départ ou d’une certitude de rester… Mon cas n’est pas le plus important parce qu’on est à vingt-quatre heures d’un match très important qui va annoncer la couleur de notre saison, donc ce serait hypocrite de ne parler que de moi et de ma situation. Et pour répondre clairement, je suis impliqué à 100% dans le projet et dans le match de demain.

Qu’est-ce qui a bien et moins bien fonctionné pendant les matches de préparation ?

Je pense que le coach est mieux placé pour parler de ce qui n’a pas marché. Pour le positif, je pense qu’on a essayé de repartir de notre gardien sur certaines phases, on a tenté de mettre en difficulté l’adversaire en faisant plus tourner le ballon, même s’il ne fallait pas perdre de vue cette envie d’être tranchant, que ce soit dans les premiers ou les derniers mètres adverses. On a rectifié ça au fur et à mesure. Je pense qu’ils ont mis une charge de travail qui a fait que parfois on n’a pas pu donner la satisfaction que vous auriez peut-être espéré, mais c’est un travail qui est fondamental pour le reste de la saison. C’est comme si on avait fait le plein pour toute la saison. Moi le premier, je me sens super bien à l’heure actuelle et je n’ai pas d’appréhension par rapport à ça.

Nice a une belle équipe, mais la préparation a été tortueuse. Ce genre de choses compte à l’approche du match ?

Plutôt de leur côté, pas vraiment du nôtre. On ne fait pas attention à ça. Ça reste Nice, et ce n’est pas parce qu’ils ont pris 8-1 contre Wolfsburg qu’il faut les prendre différemment. Ce serait une erreur de notre part de partir là-bas moins concentré. On essaiera de faire le travail au mieux pour obtenir un résultat positif de ce déplacement.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

Laisser un commentaire