Quentin Cornette Amiens SC ASC

Décisif lors de son entrée en jeu contre le Paris Saint-Germain, Quentin Cornette estime que la situation est tout sauf alarmante pour l’Amiens SC, en difficulté mais loin d’être largué dans la course au maintien. Entretien. 

Quentin Cornette, ce point pris contre le PSG peut-il être le point de l’espoir ? 

Je ne sais pas, mais sur les trois derniers matches, c’est surtout l’état d’esprit qui est ressorti. Le point de l’espoir, on ne va pas aller jusque-là, mais c’est un bon point à prendre que les autres équipes ne prendront peut-être pas. Le plus important, c’était de retrouver ces valeurs que l’on avait perdues. Sur les trois derniers matches, on a démontré qu’on avait envie et qu’on espérait se maintenir en Ligue 1 le plus rapidement possible avec la prise de points contre n’importe quelle équipe.

Quel était l’état d’esprit lors de la reprise de l’entraînement mardi matin ?

Favorable, parce qu’on connait tous la situation, c’était Paris. Mais en soit, même si c’était Paris, on devait gagner ce match. Malheureusement, on n’a pas réussi mais on a quand même réussi à ramener ce point. C’était favorable parce qu’on a pris un bon point contre Paris. On ressort un peu la tête de l’eau après quelques mois plus moroses.

Vous avez été bons contre les gros, maintenant il faut l’être contre tout le monde…

C’est sûr qu’il faut être plus entreprenant contre tout le monde. Je pense qu’on se dit contre les gros, par exemple Paris, qu’on a tout à gagner et rien à perdre. C’est ce qu’il faut que l’on fasse dès demain contre des équipes de notre niveau.

Malgré le classement avec vos cinq points de retard…

On ne va pas se lamenter, il faut se battre chaque week-end pour prendre des points, que ce soit contre Pierre, Paul ou Jacques. Il reste treize matches, treize finales comme on dit chaque année. Chaque année c’est la même, on se bat, on se dit qu’il n’y a plus de temps à perdre et au final, on est encore là.

Est-ce que vous pensez que les joueurs ont envie de la même manière selon les matches ?

On a tout le temps envie de gagner. Ça s’est bien passé contre Paris, mais si c’était contre une autre équipe, on n’aurait pas eu ce genre de questions. On a tout le temps la même envie !

Ça ne s’est pas toujours ressenti…

Peut-être parce que là c’était Paris et que tout le monde fait une fixette dessus. C’est un gros, donc il faut faire des points, il faut se lâcher. On s’est lâché sur les autres matches mais ça n’a pas forcément fonctionné et ça n’a pas plu à tout le monde. Il faut dire que contre Paris, on a réussi quelque chose de bien que l’on n’a pas forcément fait contre les autres, mais ce n’est pas pour autant que l’on n’avait pas la même envie.

Il n’y a pas que Paris, il y a aussi Lyon, Monaco… Mais vous n’avez pris que cinq points sur trente-neuf ! Ce n’est pas qu’une fixette sur Paris…

Il y a des matches où l’on a plongé, notamment Strasbourg à l’aller et les quatre-cinq matches derrière. Ça a été un petit cercle vicieux. A force d’entendre « Amiens plonge », on a plongé un petit peu, mais ces derniers temps, on a relevé la tête. Certes, on n’a pas pris énormément de points, mais on a démontré quelque chose de bien et de bonnes valeurs.

Est-ce que le vestiaire a réellement conscience que le club est en danger ?

Je crois qu’on est tous dans le même bateau, et si on en n’a pas conscience, c’est qu’il y a un léger problème. On regarde tous les jours notre classement, on sait qu’on est dix-neuvièmes, que l’on va galérer jusqu’à la fin de l’année, mais on est là et on va le faire. Si on commence à paniquer maintenant, autant rendre les armes.

Propos recueillis par Romain PECHON avec Adrien ROCHER

A lire aussi :

> [J26] L’Amiens SC enregistre des retours pour Strasbourg

> L’Amiens SC enfin sur la bonne voie ? [DÉBAT]

Laisser un commentaire