Battu pour sa deuxième sortie de la préparation estivale par Marck (2-0), l’ESC Longueau a encore beaucoup de progrès à accomplir d’ici le début du championnat, fin août. Adjoint de Sébastien Léraillé, Pierre Bourdet liste les pistes d’améliore et réalisé un premier bilan à mi-préparation. Entretien.

Comment jugez-vous ce match amical contre Marck ?

On était en pénurie de défenseurs avec un blessé et quelques absents pour raisons personnelles. On est parti avec un groupe de 16 joueurs dont quelques jeunes que l’on essaye d’intégrer. Ca a été un jeu auquel on n’était pas habitué. On a l’habitude de jouer au ballon et on est tombé sur une équipe assez physique, qui va vite vers l’avant sur des longs ballons et on a été un peu dépassé défensivement. On a eu besoin d’un petit temps d’adaptation. On ne s’est pas procuré trop d’occasions, on était un peu timide offensivement. Je pense qu’on aurait pu en prendre mais ça nous fait du bien. Contre ces équipes, on a moins le temps de jouer que l’année dernière et il y a des joueurs qui vont devoir s’habituer à jouer plus vite, plus physique, à être plus présent dans les duels.

L’an dernier on pouvait se permettre de garder un peu plus le ballon, le poser au sol sans être vraiment attaqué parce qu’on marquait souvent rapidement et les adversaires levaient un peu le pied. Là, on tombe sur des équipes qui ne lâchent rien, nous rentrent dedans et ça nous fait du bien. Il faut un petit temps d’adaptation pour ça. C’est le jeu du Nord d’aller vite vers l’avant, en jouant dans les espaces et le dos de la défense. Les milieux ne touchent pas beaucoup le ballon chez eux. Je pense qu’on s’est fait un petit peu dépassé. On s’attendait plus à une équipe qui jouait au ballon. On va travailler là-dessus, et on est quand même assez serein. Pour l’instant, on n’a pas pu bénéficier de l’équipe type, mais quand on aura un onze de départ correct on sera bien mieux en place. Pour l’instant on intègre aussi des jeunes pour avoir un effectif assez large.

Les coups, les longs ballons, c’est ce qui vous attend sur toute la saison de R1…

Exactement, et je pense qu’entre le R2 et le R1, il y a un fossé, surtout au niveau physique. Je pense que les gars n’ont pas encore fait la transition. Ils ne s’attendent pas à ça. On a quelques joueurs qui sont rentrés dans les duels, mais dans le reste, on est trop gentil. Il va falloir que l’on muscle le jeu et que l’on soit beaucoup plus présent, avec plus de niaque.

C’est donc une bonne chose d’avoir un programme lourd avec ce genre de matches…

On voulait démarrer rapidement c’est donc bien. Je pense que le match de Boulogne est arrivé un peu tôt, et on aurait peut-être dû le programmer plus tard. On avait beaucoup de jeunes, et quelques vacanciers. On venait de faire une très grosse semaine physique. On a aligné deux équipes différentes avec des jeunes. Ca leur a fait du bien de perdre, parce qu’on n’est pas habitué, faut être réaliste. C’est là que l’on va voir si on a du mental aussi. Dans l’ensemble, c’est volontaire de jouer des équipes du Nord pendant la préparation parce que ce n’est pas du tout le même jeu et ça permettre d’aborder la saison du mieux possible.

Dans les duels on a perdu trop de ballons et on est trop gentil. Il faut corriger ça.

Comment faire pour que les joueurs gardent le moral, ne se découragent pas après ses débuts difficiles ?

On leur dit que c’est normal parce qu’on travail énormément et qu’on est à cinq séances par semaine en comptant le match. Ça fait donc beaucoup et ça pèse dans les jambes. Physiquement, on leur dit que c’est la période de travail et qu’il faudra être prêt pour Tourcoing, le premier match de la saison. On gère comme ça pour le moment, et le résultat, ce n’est pas ce qu’il y a de plus important, même si l’on n’aime pas perdre. Il y a pas mal de nouveaux, et samedi on a joué avec pratiquement toutes nos recrues. Même s’ils se connaissent en dehors du foot, il faut qu’ils apprennent à jouer ensemble. Il faut que la mayonnaise prenne mais ça va aller, je suis confiant, il n’y a pas de problème là-dessus. Il faut d’abord que l’on montre notre confiance en eux et ça ira. Il y a forcément un temps d’adaptation à avoir entre les arrivées et ceux qui étaient là l’année dernière.

Vous entrez maintenant dans une deuxième phase, avec un travail plus physique ?

On va passer plus sur la force athlétique dans cette deuxième phase. Il faut que l’on se renforce parce qu’on a vu qu’au niveau des duels, on manque de gabarit. On avait un onze un peu petit à côté de celui de Marck, samedi. On était bon dans l’endurance, mais dans les duels on a perdu trop de ballons et on est trop gentil. Il faut corriger ça.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi : 

Régional 1 : L’ESC Longueau en promu mais ambitieux

Régional 1 : Romain Kwinta, le profil idéal pour l’ESC Longueau ?

Laisser un commentaire