Régional 2 : Les Portugais d’Amiens tracent leur route

Fort de leur succès contre Chaumont (2-1), les Portugais d’Amiens disposent désormais de neuf points d’avance sur la zone rouge, avec toujours un match en retard à jouer. Véritable poil à gratter du championnat, la formation entraînée par Matthieu Lematte trace sa route en affichant un état d’esprit irréprochable. 

Matthieu, il aura fallu livrer une sacrée bataille pour vaincre cette formation de Chaumont…

On savait que ce serait compliqué, puis on joue avec nos qualités et nos défauts. Chaumont était une équipe très joueuse, qui, à la perte du ballon, pouvait être vite en difficulté. C’est ce qu’on a très bien fait en première mi-temps. Je trouve que tactiquement, on les a vraiment mis en difficulté. À la perte du ballon, à chaque fois, on a réussi à trouver de bonnes situations. C’était intéressant. Après, en deuxième mi-temps, c’était plus compliqué mais on n’a pas été mis particulièrement en danger. On manque finalement de concentration en fin de rencontre et on prend un but sur coup de pied arrêté. Derrière ça, les cinq dernières minutes sont sous tension. La victoire est belle parce que c’est une victoire contre une bonne équipe. Et de toute façon, beau ou pas beau, on prend les trois points. C’est un pas supplémentaire par rapport au maintien.

Selon vous la baisse de régime en fin de seconde période peut-elle aussi s’expliquer par la fatigue ?

Oui, je le pense. Et quand bien même, après, on ne sait jamais quoi faire à 2-0 ; est-ce qu’on attaque, est-ce qu’on n’attaque pas… Et puis c’était un match de reprise, on a commencé à être un peu dans le dur après l’heure de jeu. Toutefois, on savait qu’on allait souffrir avec le vent contre nous. On avait aussi décidé de reculer un peu, pour mieux les contrer. On n’a pas très bien joué les deux ou trois situations qu’on a eues. Il y a donc deux mi-temps très différentes. La première qui est satisfaisante d’un point de vue tactique et la seconde sur le plan mental. Il reste désormais trois gros matches au mois de janvier, nous ferons le bilan après.

En attendant, vous avez encore prouvé qu’il était très difficile de prendre des points contre les Portugais…

On essaye d’instaurer ça, cette difficulté pour les adversaires de jouer contre nous. Ce que je dis souvent à mes joueurs, c’est que je suis quelqu’un qui veut une équipe joueuse, mais il y a des moments où vues les conditions il ne faut pas être joueur, il faut jouer simplement, et c’est ce que l’on a su faire aujourd’hui.

Et vous basculez définitivement dans la bonne partie du classement…

Je regarderai ça après les trois prochains matches du mois de janvier. Tout peut aller très vite. Même après une victoire, on peut avoir une discussion animée avec un joueur mécontent de son temps de jeu. Je mets toujours le collectif en avant et je trouve cela dommage de réagir de la sorte après un tel match. Cela prouve qu’il reste encore du travail à faire, même si, pour l’instant, on est sur la bonne voie. Après, il faut garder cette exigence car il reste de nombreux matches et ça peut aller très vite dans l’autre sens. Et vu le nombre de descentes qu’il peut y avoir, il vaut mieux engranger un maximum de points. On verra ensuite ce que ça donnera.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire