Lanterne rouge de Régional 3, Amiens Montières est en souffrance par manque d’investissement et de sérieux selon Romain Collet, son entraîneur. Si ce dernier continue à croire au maintien, il attend une réaction sur la phase retour. Entretien.

Publicité


Quel bilan tirez-vous après huit matches de Régional 3 ?

Malheureusement, on n’est pas au niveau du R3. Non pas au niveau individuel, mais plus sur le collectif et le mental. C’est le gros soucis de cette année. Et ensuite, gagner des matches sans entraînement, c’est mission impossible. On tient tête à beaucoup de clubs, mais physiquement on n’arrive pas à tenir sur la durée. Si on veut espérer quelque chose cette année, même si ce sera compliqué, il va falloir travailler, peut-être plus que les autres, et avoir du monde aux entraînements.

Publicité
Publicité


Vous semblez donc pointer du doigt un manque d’investissement…

C’est notre gros problème depuis le début de l’année. On a des joueurs qui pensent que l’on n’est pas obligés de s’entraîner pour jouer, et ils ont la preuve que ce n’est pas possible.

Publicité


Pourtant vous avez des joueurs avec du talent…

Je l’ai, il n’y a pas de soucis. Quand je les prends individuellement, ils sont meilleurs que certaines équipe du groupe, mais avoir les meilleurs joueurs, ça ne suffit pas forcément. On peut le voir avec les plus grosses équipes comme le PSG. Si le collectif ne prend pas le pas sur l’individuel, on n’ira nulle part.

Publicité
Publicité


Le manque de travail physique impacte-t-il sur vos résultats défensifs ?

Il y a plusieurs explications à ça. D’abord, un bloc équipe qui n’est pas forcément solidaire. Les défenseurs ont leur part de responsabilité, c’est sûr, mais les attaquants l’ont aussi. On a besoin d’eux pour défendre dans le foot moderne, ce sont les premiers défenseurs, mais par moments, le premier rideau ne fait pas le travail donc ça laisse plus d’espaces aux adversaires. Ensuite, généralement on lâche nos matches sur la deuxième mi-temps, c’est là où on a perdu le plus de points. Concrètement, oui, c’est un problème physique parce que quand tu tiens beaucoup d’équipes et que tu parviens à mener en première mi-temps… Contre Beauvais, on était à 2-2 à la mi-temps, même si tout n’a pas été génial, et au final on perd 8-2 ! C’est qu’à un moment, soit on décroche mentalement, soit physiquement. Je pense qu’il y a un peu des deux pour avoir ces résultats.



Vous attendiez-vous à ce que ce soit aussi dur ?

Je pensais que ça allait être dur, mais pas tant que ça. Je suis peut-être un grand rêveur, mais quand je vois les équipes que l’on a pu jouer depuis le début de la saison, je ne vais pas dire que je ne m’inquiète pas, parce que ce n’est pas le cas, mais si j’avais des joueurs investis à 100%, un groupe qui s’entraîne correctement et qui prend conscience de ces choses-là, je me dis qu’on ne serait pas derniers, aujourd’hui, c’est sûr.

Arrivez-vous tout de même à tirer un match qui vous donne des motifs d’espoirs ?

Il y en a quelques-uns, oui. Je pense au match à La Centuloise, où on arrive à se créer pas mal d’occasions, celui de Chantilly, où on montre un état d’esprit tout autre que tous les autres matches depuis le début de l’année, La Montoye où l’on montre de très bonnes choses en première mi-temps avant que ça se complique physiquement en deuxième mi-temps. Tout ça me fait croire et espérer que la deuxième partie de saison peut être meilleure. Je crois toujours au maintien, et heureusement.

Avez-vous le sentiment que c’est également le cas pour vous joueurs ?

Pour certains, oui, pour d’autres un peu moins et c’est le message que j’essaie de leur faire passer. J’espère qu’ils vont comprendre que c’est possible et qu’ils vont en prendre conscience.

La difficulté que vous semblez avoir serait le manque de moyens humains pour écarter ceux qui ne jouent pas le jeu…

Cette année, c’est un peu compliqué là-dessus, oui. Par rapport au manque d’investissement de certains, aux blessures d’autres, aux suspensions, je me retrouve à ne pas forcément avoir le choix le week-end. Aujourd’hui, j’ai quasiment les quatorze qui sont aptes à jouer et derrière c’est compliqué. Même pour l’équipe réserve, à qui je fais le reproche de ne pas beaucoup s’entraîner ni s’investir, là où ils devraient aider les titulaires à se dépasser et faire descendre ceux qui ne jouent pas le jeu. Là, je ne peux pas le faire. C’est vraiment quelque chose de dommage et c’est là-dessus que l’on doit travailler pour les années à venir.

Comment abordez-vous cette deuxième partie de saison qui va être très dense ?

Le but, ça va être de vraiment se préparer pour le mois de février qui va être crucial, dans le sens où l’on va rencontrer des équipes qui sont juste devant nous. Tout ça fait qu’il va falloir prendre des points sur ces matches-là, et si on arrive à enclencher une dynamique positive, je suis persuadé que l’on arrivera à se maintenir à la fin de l’année.

Tous propos recueillis par Romain PECHON

Le meilleur souvenir sportif 2019 de Romain Collet

« La montée en fin de saison dernière. Malgré toutes les difficultés, ça a été très compliqué mais on a fini premiers, on est montés, ça a été une bonne année et je vais garder ça parce que c’est quelque chose de positif. Quand on voit les jeunes qui sont derrière, qui viennent voir ce dernier match à domicile, qui participent à l’entrée des joueurs sur le terrain… Ce sont ces images-là que j’ai envie de voir sur Montières. C’était une bonne première année à la tête du club, même si ça n’a pas été simple. »

Le vœu de Romain Collet pour 2020

Réussir à se maintenir, prendre du plaisir. Ce seront les mots d’ordre pour 2020. J’aime le football donc je veux prendre du plaisir et gagner un maximum de matches, voilà les objectifs pour l’année. Je n’ai clairement pas envie de rendre les armes, même si par moments c’est un peu épuisant parce qu’on peut avoir l’impression de se battre pour des idées qui ne sont pas forcément partagées par tout le monde. Aujourd’hui, le football a bien changé par rapport à ce que l’on a connu, mais il faut vraiment expliquer à tout le monde que le football, c’est avant tout du plaisir et on peut le prendre à l’entraînement et en compétition.

A lire aussi : 

Régional 2 : L’Amiens Portugais cherche encore la bonne carburation

Régional 1 : L’ESC Longueau a bien relevé la tête

Publicité
Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments