Même s’il préfère positiver après le triste match nul ramené de Châteauroux, Régis Gurtner aspire à mieux contre Pau, pour le troisième match de la saison à domicile, ce samedi. Entre processus de reconstruction et nécessité de prendre rapidement des points, le gardien de but de l’ASC sait que la tâche est loin d’être aisée. Entretien.

Publicité


Il est grand temps de se relancer !

On a un match important. On a pris un point à Châteauroux, à l’extérieur et j’essaye toujours de tirer le positif de ce que l’on a pu faire sur ce match et on n’a pas pris de but. J’ai joué beaucoup de matches à onze contre dix dans ma carrière, mais je n’en ai pas gagné beaucoup, même dans un contexte où ils l’ont pris assez tôt dans le match, et bien souvent, c’est même 1-0 contre nous. Je tire vraiment du positif de ce match même si on sait que l’on peut beaucoup mieux faire et on se doit de mieux faire. On travaille pour gagner ce genre de match. C’est un point à l’extérieur, pas de but pris et on va essayer de le bonifier demain (samedi) à domicile, c’est l’objectif.

Publicité


L’équipe se sent-elle sous pression ?

Il n’y a pas de pression à avoir. On est au cinquième match de la saison ! Depuis le début de la préparation, l’équipe a pas mal bougé et il y a d’autres joueurs qui pourraient encore être amenés à partir ou arriver. Ce n’est pas évident à gérer comme situation mais on est focalisés sur ce match de Pau, sans se mettre une quelconque pression parce que ce n’est pas la chose à faire dans notre position. Il faut surtout que les joueurs sur le terrain emmagasinent de la confiance et en Ligue 2, il faut tout d’abord être solide sur le plan défensif. C’est ce que l’on essaye de créer. Ensuite, avoir le bon équilibre pour marquer et gagner. Dans un premier temps, tout le monde doit faire les efforts défensivement et forcément on aura des situations. C’est compliqué de mettre en place des relations et quand on voit qu’on a commencé la préparation avec Saman (Ghoddos) et Juan (Otero) devant, maintenant c’est Stephen (Odey) et Moussa (Konaté)… Sur les postes offensifs, ça bouge pas mal, il faut trouver des automatismes et de la confiance pour ces joueurs-là. On a confiance en eux, tout le monde peut marquer, pas seulement les attaquants.

Publicité


C’est compliqué parce qu’il faut vous laisser du temps et en même temps les semaines passent et les matches s’enchaînent…

Le retard emmagasiné en ce début de saison sera difficile à rattraper parce que les équipes devant marquent des points. On aurait été mieux avec des points en plus mais c’est la réalité de ce début de saison. A nous de ne pas forcément être beaux mais efficaces. On sait que le match de demain (ce samedi) va être compliqué parce que Pau va venir en défendant chèrement sa peau. Ils viennent de monter et, à notre image il y a quelques saisons, ils vont jouer leur peau pour se maintenir.

Publicité


Vous avez maintenant le costume de favori à chaque match, comment abordez-vous ça ?

Je ne suis pas sûr non plus de ce statut, mais on sort de trois années de Ligue 1 et les équipes que l’on va jouer vont avoir très envie de nous faire tomber. Ce sera le cas à chaque match et il faudra être prêt à combattre à chaque match. Pour être passé par ça, les équipes ont envie de nous faire tomber. Ce statut de favori, je ne pense pas, mais chaque match sera très compliqué à gagner. On n’a pas forcément le temps mais il faudra que l’on agisse pour prendre des points rapidement.

Au-delà des résultats, c’est surtout la manière qui dérange…

Il faut du temps pour que les choses se mettent en place. On ne peut pas comparer cette saison avec celle d’il y a trois ans. Ce n’est pas possible parce que ce sont des joueurs différents, des caractères différents. Il y a beaucoup d’étrangers et le vestiaire parle quasiment anglais. Quand les choses sont dites, il y a peut-être un peu moins de répercussion et il faut que ça se mette en place tout en rentrant dans la tête de ceux qui composent le vestiaire aujourd’hui. On fait tout pour ça et je suis persuadé que ça va se mettre en place parce que tous les joueurs ont le même objectif, même si certains vont peut-être partir d’ici le 5 octobre. J’ai hâte d’être à cette date pour savoir sur qui on pourra compter et avec qui on va aller au combat tous les week-ends parce qu’aujourd’hui, on n’en est pas encore sûr.

Le scénario de ce match pourrait être similaire à celui de Châteauroux…

On sait que Pau va sans doute venir ici avec l’ambition de bien défendre pour jouer la moindre situation offensive. Ce sera à nous d’être vigilants sur le plan défensif. En Ligue 2, il faut être très costaud défensivement pour utiliser au maximum les erreurs adverses. Il faut s’attendre à ce genre de match demain (ce samedi) et il faudra donner beaucoup d’énergie positive vers l’avant pour marquer ce but qui nous fera gagner.

Votre dernière victoire remonte à loin…

Forcément, il y en a marre, oui, c’est sûr, mais on a gagné contre Nancy cette saison, il ne faut pas l’oublier. On a envie de gagner des matches mais c’est comment on fait pour y arriver le plus important et on y travaille. Il faudra du temps. On devra arracher les victoires dans un premier temps pour prendre de la confiance et ensuite les choses se mettront en place. On va essayer de les obtenir le plus rapidement possible.

Propos recueillis par Romain PECHON

A lire aussi :

[J5] Amiens SC – Pau : Sans Chedjou, avec Wagué et Ciss ?

Amiens SC : Régis Gurtner courtisé en Ligue 1

Vous souhaitez signaler une coquille ou une inexactitude dans cet article, un contenu illicite ou inapproprié en commentaire ? Ecrivez-nous !
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments