Régis Gurtner : « C’est dur à avaler »

@DijonShow

Encore héroïque sur sa ligne, Régis Gurtner avouait un sentiment d’amertume quant au scénario qui a amené la défaite de l’Amiens SC face au Paris-Saint-Germain, cet après-midi (0-3).

Régis Gurtner, est-ce que vous partagez la frustration de l’ensemble des membres du club ?

Je pense que l’on a fait ce qu’il fallait pendant une heure, après il y a ce fait de jeu qui nous complique encore plus la tâche face à une équipe comme ça. Forcément, on peut être déçu ce soir parce que le penalty et le carton rouge nous compliquent vraiment le match. Contre une équipe comme ça, ça devient presque mission impossible. C’est dur à avaler parce que pendant soixante minutes on a su faire ce qu’il faut pour tenir et ne pas prendre de but, mais une fois qu’on encaisse ce but et qu’on se retrouve à dix, c’est très dur contre une équipe comme ça.

En même temps, on se dit que c’est pas mal de ressortir frustré de ce match contre le PSG, parce qu’il y a des choses positives à retenir…

Ça fait deux ou trois matches que l’on sent qu’il y a une équipe derrière tout ça. On a encore trois gros matches au mois de janvier, et il faudra garder cet état d’esprit qu’on avait pendant une heure à défendre et à se mettre le cul par terre tous ensemble. Malheureusement, il y a des faits de jeu que l’on ne maîtrise pas trop.

Prince Gouano : « Ça laisse un goût amer »

À la mi-temps, vous vous êtes dit que l’exploit était possible ?

Paris maîtrise énormément ses matches, on l’a encore vu ce soir. On a presque fait que subir, à part sur une ou deux occasions. Si on arrive à bien défendre et à avoir un peu de réussite, pourquoi pas faire un coup, mais c’est vraiment difficile face à cette équipe-là. On va se tourner vers Lille, parce que Paris, c’est passé, et le plus important maintenant, c’est Lille et Lyon.

Il y a quand même cette grosse occasion d’Eddy en fin de première période qui peut changer pas mal de choses…

Oui, si on arrive à mener 1-0, peut-être que derrière le match est différent. Mais on ne la met pas, et ça fait aussi partie de la réussite de ces équipes qui sont devant au classement. Sur les matches qui arrivent, il faudra la provoquer encore plus, et mettre plus de caractère sur certains coups. Sur les deux buts que l’on encaisse dans le jeu, on a été un peu naïf aussi ! La différence de but, c’est important pour nous aussi, et même si l’on perd 1-0, c’était important de ne pas prendre les deuxième et troisième parce que ça pourrait compter en fin de saison.

L’Amiens SC a fini par craquer

Vous avez globalement souffert…

En première mi-temps, ils ont été autour de notre surface, à chercher les passes, à faire tourner le ballon. C’est pour ça que ça laisse un petit goût d’amertume. On était bien rentré en deuxième mi-temps, puis le penalty nous casse un peu les jambes, et le carton rouge encore plus.

Quand on est gardien et que l’on affronte le PSG, comment on se prépare ? Il faut une vigilance de tous les instants ?

On ne peut qu’être vigilant tout le temps parce que ce sont des joueurs qui ont un talent fou, qui peuvent frapper à tout moment ou faire une passe venue d’ailleurs. Il faut être attentif en permanence.

Vous aviez des consignes particulières avant ce match ?

En tant que gardien ? Pas du tout ! On prépare le match comme d’habitude, même si on s’attend à avoir un peu plus de travail contre ces équipes-là car on est amené à jouer en bloc vraiment très bas parce que leur force collective veut ça.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire