Amiens SC entraînement Gurtner

Invité de l’émission la Tribune des Sports, diffusée chaque lundi sur France Bleu Picardie et animée par Mathieu Dubrulle, Régis Gurtner s’est confié sur la portée de la victoire contre Marseille mais aussi au sujet de son début de saison, lui qui a changé d’entraîneur spécifique à l’intersaison. Morceaux choisis. 

Un surplus de motivation contre les gros ? 

« On s’attache à ce que ça ne soit pas le cas. Maintenant, inconsciemment, ça joue un petit peu dans la tête des joueurs. On sait aussi que les matches qui vont arriver, notamment à Nîmes dans deux semaines, il faudra afficher la même agressivité et aussi bien défendre que face à Marseille. Puis bien attaquer avec les qualités qui sont les nôtres ».

Aucun complexe face aux cadors ?

« Cela reste un match avec trois points en jeu, on ne fait donc aucun complexe. Même si c’est un gros calibre du championnat, on est conscient de cet enjeu. Après Marseille, on était très heureux dans le vestiaire mais c’était une joie mesurée. A la Licorne, c’était une grosse fête, on avait l’impression d’avoir une coupe mais on a un groupe très mature et on sait que le championnat ne s’arrête pas après Marseille, même s’il faut savoir savourer ce genre de victoire ».

Des valeurs retrouvées depuis trois matches ? 

« Je pense qu’on ne les avait pas perdues mais qu’on les mettait moins en oeuvre. C’était aussi logique avec les nombreux changements à l’intersaison. Il fallait que tout le monde s’adapte aussi, des nouveaux joueurs sont arrivés, un nouveau coach aussi. Les choses se mettent en place et les combats de valeur sont essentiels, ici, à Amiens. Le beau jeu va aussi venir parce qu’on travaille toute la semaine pour produire du beau jeu. On a les joueurs de qualité pour le faire et s’ils mettent aussi les valeurs de combat et d’unité en avant, on fera aussi une belle saison ».

Le retour de Mendoza 

« On sait qu’individuellement c’est un très bon joueur. Il a vécu un été particulier, avec le drame du décès de son frère. Il s’entraîne à nouveau avec nous depuis un mois, un mois et demi, il s’est complètement remis dans le collectif. Et, de par ses performances, il revient assez logiquement dans l’équipe ».

Sa collaboration avec Nicolas Dehon 

« Je m’entendais très bien avec Olivier (Lagarde) et je l’ai encore souvent par téléphone ou par texto. Nicolas (Dehon) est arrivé avec son expérience, chaque entraîneur est différent et j’en ai connu plusieurs dans ma carrière. Avec Nicolas, ça se passe très bien au quotidien, il a su s’adapter au club et aux autres gardiens qui travaillent avec moi. Il commence à me connaître, ça se passe vraiment très bien, on trouve une complicité. On travail dans la continuité de ce que je peux faire depuis le début de ma carrière ».

Le brassard de capitaine

« Je reste le même avec ou sans le brassard. Cela ajoute peut-être un truc en plus par rapport au vestiaire mais je ne change pas parce que j’ai le brassard. Je ne surjoue pas, la seule chose qui change, c’est que je vais voir l’arbitre avant le match ».

Son début de saison 

« Ça se passe plutôt bien. Il y a eu une petite erreur contre Bordeaux, je pars du principe que cela fait partie du jeu, qu’il faut savoir l’accepter. Il faut vite passer à autre chose et c’est ce que j’ai su faire par la suite ».

Source : France Bleu Picardie

A lire aussi : 

Régis Gurtner : « On a pris conscience de nos qualités »

Régis Gurtner : « On a sorti un grand match ! »

Laisser un commentaire