Régis Gurtner : « On perd un point de plus par rapport à nos concurrents »

régis gurtner

Régis Gurtner, le gardien de l’Amiens SC, était forcément un peu plus touché que les autres ce samedi. En tant que dernier rempart, c’est lui qui a du ramasser le ballon cinq fois dans ses filets contre le Paris Saint-Germain.

La suite après cette publicité

Régis, quel est votre sentiment après cette défaite ? 

On savait que ç’allait être dur ce soir. Si, en plus, on donne des buts sur coups de pied arrêtés… On savait que dans le jeu, on allait être en difficulté. On a concédé beaucoup d’occasions dans le jeu en première mi-temps. Malgré ça, on prend deux buts sur des situations arrêtées similaires. À partir de là, contre des équipes comme ça en plus, si on donne des buts de cette manière, ça devient beaucoup, beaucoup plus compliqué. Ensuite, sur la seconde mi-temps, on a essayé un peu de jouer et de réagir. Mais quand on se relâche contre eux, on se fait tuer derrière et on prend 3 buts en 10 minutes à la fin. Je n’ai pas grand chose de plus à ajouter, si ce n’est qu’on va vite se remettre à travailler dès lundi après-midi pour préparer le match contre Nantes.

La suite après cette publicité

Le score est lourd…

Oui, forcément, quand on prend cinq buts, c’est lourd. Sur la deuxième mi-temps, on a essayé de jouer, mais on a oublié nos fondamentaux défensifs sur les 10-15 dernières minutes. Et à ce niveau-là, contre des joueurs comme ça, ça se paye cash.

La suite après cette publicité

     > Prince Gouano : « Encaisser cinq buts, ce n’est pas agréable »

Paris vous a usé ?

Peut-être pas usé, parce qu’ils ont quand même joué tranquille, je pense. Mais on sait que quand on ne fait plus les efforts contre des équipes comme ça, on se met très vite en difficulté. C’est ce qui a été le cas dans le dernier quart d’heure, parce qu’avant, ils n’ont pas eu forcément beaucoup d’occasions dans la seconde mi-temps, contrairement à la première. Ils ont su gérer après leurs deux buts sur coup de pied arrêté. Il va d’ailleurs falloir corriger ça, parce qu’on était solide sur ces phases-là l’année dernière, et maintenant on est peut-être un peu plus en difficulté.

La suite après cette publicité

Ça vous inquiète un peu cette fébrilité défensive ?

Oui, mais il ne faut pas tout dramatiser non plus. C’est le PSG en face. On ne va pas non plus tout remettre en question ce soir sur un match comme celui-ci. Il faut vite se remettre au boulot et le plus important, maintenant, c’est le match contre Nantes. On savait qu’ici, on allait peut-être perdre un petit point de plus à cause du goal-average, donc ça fait mal. Ça peut compter à la fin, c’est ce qu’on s’était dit au début du match ; qu’il ne fallait pas prendre une valise. On perd donc un point de plus par rapport à nos concurrents. C’est chiant, mais c’est comme ça.

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire