Régis Gurtner : « Se mettre en mode guerrier »

S’il réfute l’idée de tournant, Régis Gurtner assure que la rencontre face à Toulouse, samedi, doit permettre à l’Amiens SC de confirmer ses progrès en affichant encore plus de détermination afin de lancer une série positive. 

Quand on regarde les statistiques, Amiens et Toulouse affichent des similitudes au niveau des buts et du nombre de matches gagnés… 

Oui mais ils ont quatre points de plus que nous quand même ! Ils restent eux aussi sur une série un peu plus difficile. Ils ont bien commencé la saison et ils ont un peu plus de mal ces derniers temps, un peu comme nous. On sait que, comme tous les week-ends, ça va être un match difficile. À nous de répondre présent, de voir, individuellement, ce que chacun peut apporter de plus au collectif et se mettre en mode « guerrier ». Il faut tout faire pour ramener des points !

Avez-vous le sentiment que ce match peut déjà être un tournant puisqu’en cas de défaite vous seriez décrochés par Toulouse…

Je ne suis pas trop d’accord avec ça. Il faut que l’on s’appuie sur une série si l’on veut sortir de cette zone dangereuse. Si on gagne un match de temps en temps, on va rester derrière et on va galérer. Et on sait combien c’est compliqué quand on est derrière au classement. On l’a vu sur les derniers matches, où l’on n’a pas eu la réussite. Mais tout le monde en est conscient, et fait tout pour faire basculer de notre côté. Et tout ça, ça passe par le travail la semaine, l’engagement, et l’état d’esprit qui doit être positif.

On savait qu’on allait passer par-là pendant la saison, et j’espère que ce sera le moins long possible. On est préparé à ça, et on a déjà vécu ce genre de série compliquée par le passé,m. Je garde cet état d’esprit positif et il faut que ça rejaillisse sur le groupe aussi. On a un bon groupe, un bon état d’esprit et ça doit nous aider dans ces moments compliqués que l’on traverse.

Que craignez-vous le plus à Toulouse ? 

On sait que comme dans toutes les équipes de Ligue 1, il y a de la qualité, et offensivement encore plus. On va y confronter notre collectif, notre système de jeu. Mais avant tout, ça passera par une grosse performance collective avec un état d’esprit conquérant parce qu’à l’extérieur, on n’a mis qu’un seul but. Il faut être conquérant à ce niveau, être agressif dans les deux surfaces et retrouver cet esprit « guerrier ».

Propos recueillis par Romain PECHON

Laisser un commentaire