Reims – Amiens SC, le 19 mai 2017 : Ils s’en souviennent tous #1

Reims
La montée à Reims, un moment à jamais gravé dans l'histoire du club

Moins de deux ans après l’historique Reims-Amiens SC du 19 mai 2017, les Amiénois retournent pour la première fois au stade Auguste-Delaune, ce samedi. Pour l’occasion, Le 11 Amiénois vous propose de vous replonger dans ce match incroyable à travers les souvenirs de notre équipe de rédacteurs. On débute avec Cédric Quignon, qui a vécu le match depuis son canapé. Superstition oblige.  

La suite après cette publicité

Une tension à son paroxysme

Je n’avais pas fait le déplacement à Reims. Un peu pour des raisons professionnelles mais aussi surtout par superstition. Ainsi, j’avais invité chez moi un très bon ami, Bertrand fan de l’ASC et lui aussi exilé à Paris. Pas de faste pour suivre le match, les maillots étaient restés dans les placards ; oui nous étions tous deux sur la retenue, comme si nous nous attendions à ce que cela ne se passe pas aussi bien qu’espéré. Et même après l’ouverture du score rapide de Kamara, aucun de nous ne voulait prononcer le mot tabou « Ligain ». A la mi-temps, nous voyant prostrés dans le canapé, ma compagne a même cru qu’Amiens était mené. Pourtant…

La suite après cette publicité

Et la seconde mi-temps a débuté, avec le face à face raté d’Abou Kamara, les Amiénois qui reculent pris par l’enjeu, l’égalisation du tibia de Diego et ces minutes interminables pour nous faire une raison : ce ne sera donc jamais le tour de l’ASC. Sur ce dernier coup franc, j’ai d’abord cru que le ballon filait en six mètres, j’ai fermé les yeux… Je les ai rouverts entendant Bertrand émettre un long « heueueueu… », Bourgaud avait le ballon dans les pieds. Lorsque le petit filet à tremblé, il y eut un moment de flottement… avant l’explosion. Nous nous sommes jetés dans les bras l’un de l’autre explosant un halogène au passage et faisant très peur à ma première fille qui avait eu le droit de veiller un peu plus tard ce soir-là.

La suite après cette publicité

J’ai très vite appelé mon père pour communier avec lui et eu une grosse pensée pour mon beau-père, qui m’avait tant chambré sur mon attachement envers l’ASC et qui était parti trop vite pour qu’enfin je puisse lui rendre la pareille. Effectivement, Amiens était enfin en Ligue 1 !

La suite après cette publicité

Cédric QUIGNON

4 Commentaires

  1. Un grand moment , une inoubliable minute, voilà plus de cinquante ans que j’attendais cela. J’étais déjà supporter de l’ASC du temps des IMIELA BUCHOT FROMOHLTZ BEAUJOUAN DELECROIX etc..

Laisser un commentaire