Reims – Amiens SC, le 19 mai 2017 : Ils s’en souviennent tous #6

Moins de deux ans après l’historique Reims-Amiens SC du 19 mai 2017, les Amiénois retournent pour la première fois au stade Auguste-Delaune, ce samedi. Pour l’occasion, Le 11 Amiénois vous propose de vous replonger dans ce match incroyable à travers les souvenirs de notre équipe de rédacteurs. Avant dernier numéro avec Morgan Gressier, sans doute le plus tendu d’entre nous !

Une montée en pression dès le début de semaine…

Difficile d’oublier un soir aussi incroyable pour l’Amiens SC et pourtant un trou noir subsiste de cette soirée. Je passe sur les conditions pour avoir des places, vu la demande, je suis arrivé trop tard après la fin de mes partiels le lundi matin pour obtenir le fameux sésame. J’ai donc pris les choses en main et j’ai organisé un covoiturage. Nous sommes cinq dans ma voiture, direction Reims avec beaucoup de voitures immatriculées 80 aux couleurs du club. Une fois arrivé sur place au stade, la pression est au maximum mais c’est un vrai plaisir de voir que le peuple amiénois répond présent et encourage son équipe de la sorte (si seulement on avait su ce qui nous attendait…).

…et loin de redescendre pendant le match

Avec un œil sur mon téléphone pour suivre les résultats de nos concurrents, je suis soulagé de voir Kamara marquer rapidement. La première mi-temps se déroule sans accroc. Puis vient la deuxième période, plus difficile malgré les opportunités croquées par notre attaquant. L’égalisation rémoise fait énormément de mal mais on la sentait venir. Puis, les minutes s’égrainent inlassablement et très rapidement, beaucoup trop rapidement. Début du temps additionnel, l’espoir s’amenuise, malgré un carton rouge pour Reims, Bourgaud rate son coup-franc, comme il rate tout depuis son entrée en jeu. La tête appuyée contre la rambarde, je me demande comment c’est possible de rater de si peu la Ligue 1, comment c’est possible d’être à ce point maudit, la saison était belle mais louper pour un match l’élite du football français, que c’était amer.

Puis le trou noir

Finalement, il était écrit qu’il y aurait un dernier rebondissement dans cette histoire. Faute sur El Hajjam à quelques mètres de moi, et si c’était l’occasion ? Régis Gurtner monte, on jette toutes nos forces dans la bataille, je lance un dernier encouragement en voyant Thomas Monconduit prendre son élan, ma respiration s’arrête. Le ballon va dans tous les sens puis arrive sur celui qui a fait une bien mauvaise entrée et il est au fond des filets. Incroyable, ça hurle dans tous les sens. Trou noir.

Je me rappelle vaguement des secondes qui ont suivi le but, certaines vidéos des tribunes me le rappellent. Debout sur le muret, je sautille sur place laissant mes bras aller de haut en bas. C’est fou, c’est complètement fou. J’embrasse des gens que je ne connais même pas, on se prend dans nos bras, je vois des personnes plus âgées ne croyant jamais voir Amiens en Ligue 1 avec les larmes aux yeux. Ils l’ont fait ! Le retour sur Amiens se fait dans la joie, je suis chez moi et je ne dors pas, je ne peux pas. Je regarde plusieurs fois les vidéos du but, histoire d’être sûr que ce à quoi j’ai assisté est bel et bien arrivé. C’était complètement fou.

Morgan GRESSIER

Laisser un commentaire