Durant cette période de confinement, le 11 Amiénois vous propose de revivre la saison de l’Amiens SC. Pour le premier match de l’année 2020, les Amiénois se déplacent sur la pelouse de Rennes pour le compte de la Coupe de France.

Un enchaînement de tous les dangers

Pas le temps de tergiverser, ni de traîner une quelconque gueule de bois. Après une fin d’année 2019 pour le moins poussive, avec un seul succès en championnat sur les deux derniers mois, l’Amiens SC va devoir rapidement retrouver ses esprits. Et cela commence ce samedi par un match de coupe de France à Rennes, soit une entrée en lice tout sauf évidente. « Ça va nous mettre dans le bain tout de suite et ça va nous permettre d’ajuster les indicateurs, positive Luka Elsner. Il faudra être tout de suite au haut niveau, beaucoup donner physiquement, être très agressif, faire preuve de combativité et  surtout rendre une bonne copie défensive. »

L’Amiens SC éliminé malgré Dreyer

Désireux de mettre fin à l’opération portes ouvertes, Luka Elsner avait décidé d’innover pour le premier match de l’année civile. Si le quatuor Calabresi-Dibassy-Lefort-Aleesami enchaînait une troisième rencontre de suite, il était complété par Jonathan Bumbu, titulaire surprise dans le couloir droit de la défense. Une unique occasion franche pour l’Amiens SC, en grande difficulté dans un inhabituel 3-4-3 et bousculée par une quasi équipe-type rennaise. La formation entraînée par Luka Elsner s’en remettait alors à un Dreyer héroïque dans les buts amiénois. Après un premier double arrêt sur une frappe croisée de Del Castillo et une reprise à bout portant de Bourigeaud (11e), l’habituelle doublure de Gurtner repoussait du corps la lourde tentative de Cavaminga depuis l’entrée de la surface de réparation (22e). Calabresi y allait ensuite de son intervention pleine d’à-propos devant Niang (31e).

Le second acte se transformait en véritable attaque-défense. Mais là encore, Dreyer sortait le grand jeu pour sortir la meilleure opportunité bretonne (61e), à mettre au crédit de Del Castillo, et ainsi envoyer les siens en prolongation. Comme en début de rencontre, ce sont les Amiénois qui allumaient la première mèche avec une déviation d’Aleesami sur un coup-franc de Ghoddos (93e).

Après ça, Rennes reprenait sa marche en avant avec de nouveaux assauts répétés sur les buts amiénois. De son côté, Dreyer poursuivait son show en s’interposant sur une énième tentative de Cavaminga (103e), avant de réaliser un véritable miracle dans les pieds de Gboho (105e).

C’est finalement aux tirs au but que Rennes arrachait la qualification après les ratés de Dibassy, Talal et Gnahoré, ce dernier pourtant en position de qualifier Amiens après un nouvel arrêt de Dreyer. Une finalité cruelle pour l’Amiens SC. 

La réaction d’après match

Matthieu Dreyer : « Je ne suis pas dégoûté parce que les tirs au but c’est un peu la loterie. Cela ne nous a pas souri cette fois, j’espère que ce sera le cas mercredi à Lille, si on doit en jouer une. Maintenant, on y a cru parce qu’on peut l’emporter mais ça reste un quitte ou double qui tourne en leur faveur. Après, c’est quand même rare de perdre une séance de tirs au but quand un adversaire en rate deux. Cela aurait été bien de faire ce petit hold-up, un petit braquage mais quand on voit toutes leurs occasions, on se dit qu’ils vont finir par marquer. Globalement, leur qualification est amplement méritée. Maintenant, il faut vite passer à autre chose on a de grosses échéances au mois de janvier. »

Valentin ROSE

À lire aussi :

> [CDF] Rennes – Amiens SC : une attaque invisible

> [CDF] Rennes – Amiens SC : une belle solidité retrouvée

Laisser un commentaire